Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Attentat suicide à Istanbul

Actualité

Turquie : Une explosion de bombe secoue Istanbul

D’après le gouvernement Turc, il s’agirait d’un attentat suicide

6 personnes sont mortes et plus de 50 sont blessées sur l’avenue Taksim,à Istanbul

Attentat suicide à Istanbul
Yandex.com

Une bombe a explosé le dimanche 13 novembre sur une grande avenue piétonne au cœur d’Istanbul, tuant six personnes, en blessant des dizaines et en faisant fuir les gens alors que les flammes montaient.

Des images publiées en ligne montraient des ambulances, des camions de pompiers et des policiers sur les lieux de l’avenue Istiklal, une artère populaire bordée de boutiques et de restaurants qui mène à l’emblématique place Taksim. Dans une vidéo, une forte détonation a pu être entendue et des flammes ont été vues alors que des piétons se retournaient et s’enfuyaient.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié l’explosion “d’attaque perfide” et a déclaré que ses auteurs seraient punis. En plus des six personnes tuées, le gouverneur d’Istanbul, Ali Yerlikaya, a tweeté que 53 autres personnes avaient été blessées – un nombre de victimes qu’Erdogan a également donné.

Erdogan n’a pas dit qui était derrière l’attaque, mais il a dit qu’elle avait une “odeur de terreur” sans donner de détails et en ajoutant que ce n’était pas encore absolument certain. Il a déclaré que des enquêtes étaient en cours par la police et le bureau du gouverneur, notamment en examinant des images de la zone.

La Turquie a été frappée par une série d’attentats meurtriers entre 2015 et 2017 par des groupes kurdes semant la terreur. Plus de 500 civils et membres du personnel de sécurité ont été tués dans les attaques.

Le chien de garde des médias turcs a imposé des restrictions temporaires sur les reportages sur l’explosion – une mesure qui interdit l’utilisation de vidéos et de photos en gros plan de l’explosion et de ses conséquences. Le Conseil suprême de la radio et de la télévision a imposé des interdictions similaires dans le passé, à la suite d’attaques et d’accidents.

L’accès à certains contenus sur Twitter et d’autres sites de médias sociaux, tels que des vidéos, était limité.

En haut