Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Le Trésor marocain prévoit de percevoir 14,5 milliards de MAD (1,3 milliard de dollars) de taxes sur l'alcool et les cigarettes en 2023.

Actualité

Maroc : Refus d’augmenter les taxes sur l’alcool pour protéger la santé publique

Le Trésor marocain prévoit de percevoir 14,5 milliards de MAD (1,3 milliard de dollars) de taxes sur l’alcool et les cigarettes en 2023.

La consommation d’alcool augmente au Maroc bien qu’elle soit largement dénoncée par les normes religieuses et sociales.

Yandex.com

Rabat – Les dirigeants de la majorité marocaine ont décidé de maintenir la même taxe intérieure de consommation sur les boissons alcoolisées en 2023.

La décision visait à “protéger la santé des consommateurs et stopper les boissons alcoolisées frelatées ou la contrebande, qui pourraient nuire aux consommateurs”, selon des sources citées par le quotidien marocain Assabah.

Les sources ont rappelé la récente affaire d’intoxication alcoolique à Ksar El Kebir, qui a entraîné la mort de 19 personnes après la consommation d’alcool frelaté. 

En 2023, le Trésor marocain prévoit de percevoir 14,5 milliards de MAD (1,3 milliard de dollars) de taxes sur l’alcool et les cigarettes, soit une augmentation d’environ 1 milliard de MAD (92 millions de dollars) de plus que l’année dernière. Selon les sources d’Assabah, l’augmentation des revenus de l’État est associée à l’augmentation du nombre de consommateurs d’alcool dans le pays. 

En ventilant les recettes fiscales liées à l’alcool en fonction du type de boisson, Assabah a déclaré que les recettes fiscales marocaines provenant de la bière et d’autres boissons alcoolisées devraient atteindre 1,1 milliard de MAD (101 millions de dollars) et 859 milliards de MAD (79 millions de dollars) en 2023, respectivement, contre 814 millions MAD (75 millions $) et 630 millions MAD (58 millions $) en 2022. 

En août, le journaliste marocain Rachid Niny a déclaré que la consommation nationale d’alcool devrait connaître une croissance annuelle de 3 à 6 %, la bière French Flag Speciale restant la bière la plus vendue dans le pays d’Afrique du Nord.

Alors que la consommation d’alcool reste un tabou social au Maroc en raison des croyances religieuses, le pays est le deuxième exportateur de vin d’Afrique et l’un des marchés de consommation en croissance de la région. 

Le pays importe une variété de boissons alcoolisées, notamment des bières, des vins et des whiskies. Le nombre d’accords d’importation d’alcool devrait augmenter au cours des prochaines années, en particulier avec les distilleries basées au Royaume-Uni. En octobre, le Maroc a levé 49% de ses tarifs sur les spiritueux britanniques. 

Le Département britannique du commerce international (DIT) a fait valoir que les droits de douane avaient été “imposés par erreur” sur une variété de spiritueux britanniques, ajoutant que la suppression des barrières à l’importation en Angola, en Argentine et en Tunisie ouvrirait des opportunités d’exportation d’une valeur de 100 millions de livres sterling (1,2 milliard de dirhams) pour Marques de spiritueux britanniques.

En haut