Rose Marie DiCarlo a déclaré que l’héritage de la Nakba est toujours vivant et appelle à un travail continu pour trouver une solution juste et durable au conflit israélo-palestinien

L'ONU affirme le droit du peuple palestinien à l'indépendance et à l'autodétermination
braziliantimes.com



Selon le Centre d’information des Nations Unies, c’est la première fois dans l’histoire des Nations Unies que cette mémoire est commémorée conformément à un mandat accordé par l’Assemblée générale. Le mandat est venu dans une résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 30 novembre 2022.

Rose Marie DiCarlo a souligné que la résolution demandait à la Division des droits des Palestiniens du Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix de consacrer ses activités à la célébration du 75e anniversaire de la Nakba, notamment en organisant un événement de haut niveau à l’Assemblée générale. Hall le 15 mai 2023 et en publiant Archives et certificats associés.

L’événement a réuni de hauts responsables, dont le président palestinien Mahmoud Abbas, et des représentants de la Ligue des États arabes, de l’Union africaine, de l’Organisation de la coopération islamique, du Mouvement des pays non alignés, des États membres et des organisations de la société civile.

Pour sa part, le Président du Comité des Nations Unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, Cheikh Niang, a déclaré que la réunion était l’occasion de souligner que les nobles objectifs de justice et de paix, que la communauté internationale recherche depuis longtemps, exigent la reconnaissance de la réalité et de l’histoire du sort du peuple palestinien et la garantie de la mise en œuvre de ses droits inaliénables.

Il a ajouté : « La Nakba et la souffrance de générations de Palestiniens est une histoire qui est rarement enseignée dans les livres d’histoire, et qui est souvent absente et oubliée. La résilience des Palestiniens doit être reconnue tout au long de leur histoire, en particulier depuis 1948. »

Aussi, il a réaffirmé qu’une paix juste et durable passera par une solution juste à la question de Palestine sous tous ses aspects. “Et en mettant fin à l’injustice de la Nakba… et à travers la solution à deux États, qui met fin à l’occupation israélienne qui a commencé en 1967, et réalise le droit tant attendu du peuple palestinien à l’autodétermination, à l’indépendance et une solution juste au sort des réfugiés palestiniens.

Cheikh Niang a déclaré que le comité poursuivrait sa solidarité avec le peuple palestinien et travaillerait sans relâche pour remplir son mandat, en coopération avec tous les partenaires internationaux, afin de faire de ces nobles objectifs une réalité.

Dans son rôle, Rose Marie DiCarlo a déclaré que la position des Nations Unies est claire, “L’occupation doit cesser“, soulignant la nécessité de parvenir à une solution à deux États qui mène à la paix et à la sécurité juste pour les Israéliens et les Palestiniens, conformément aux normes internationales, la loi, les résolutions des Nations Unies et les accords antérieurs.

Le responsable de l’ONU a réaffirmé l’engagement des Nations Unies à soutenir le peuple palestinien dans la réalisation de ses droits inaliénables à l’autodétermination et à promouvoir une solution juste, globale et durable dans la région.

Rose Marie DiCarlo a déclaré que l’héritage de la Nakba est toujours vivant et appelle à un travail continu pour trouver une solution juste et durable au conflit israélo-palestinien, indiquant que ces efforts ont été au cœur du travail des Nations Unies depuis sa création.

Elle s’est dite profondément préoccupée par la diminution des perspectives d’une solution à deux États basée sur les résolutions des Nations Unies, le droit international et les accords antérieurs, mettant en garde contre la poursuite de la violence et l’expansion rapide des activités de peuplement, qui sont illégales au regard du droit international.

DiCarlo a déclaré que le conflit israélo-palestinien a provoqué la plus longue crise de réfugiés au monde, ce qui a conduit à la création de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), notant que l’UNRWA continue de fournir ses services de base à environ six millions de personnes. Réfugiés palestiniens au Moyen-Orient. Elle a souligné l’importance du travail de l’UNRWA pour maintenir la stabilité dans toute la région.