Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Les États membres de l'ONU viennent de voter pour retirer l'Iran de la Commission de la condition de la femme

Actualité

Iran : Expulsé de l’organisme des droits des femmes pour la répression des manifestations par l’ONU

Vingt-neuf membres du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) ont voté pour expulser la République islamique de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme (UNCSW).

Le vote a été adopté par 29 voix contre 8, avec 16 abstentions, et s’applique au reste du mandat actuel de l’organe, de 2022 à 2026

Organisation des Nations Unis
yandex.com

Les États membres de l’ONU viennent de voter pour retirer l’Iran de la Commission de la condition de la femme“, a déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU Linda Thomas-Greenfield sur Twitter après le vote. ” Des femmes et des militantes iraniennes nous ont demandé de le faire – et aujourd’hui, nous l’avons fait.

L’Ambassadrice américaine à l’ONU Linda Thomas-Greenfield – Twitter.

L’Iran a exprimé sa déception face à la décision et avait précédemment déclaré que cette décision créerait un “précédent malvenu“.

L’Iran a été secoué par des manifestations pendant des mois après la mort de Mahsa Amini , une femme kurde de 22 ans décédée en détention en septembre après avoir été arrêtée par la “police de la moralité” iranienne pour avoir porté son hijab de manière inappropriée.

Le gouvernement iranien a réagi aux manifestations par des mesures sévères et a procédé à sa deuxième exécution liée aux manifestations plus tôt cette semaine, en suspendant Majidreza Rahnavard pour avoir prétendument tué deux membres des forces de sécurité.

Des informations ont également révélé qu’un joueur de football iranien risquait d’être exécuté pour sa participation aux manifestations, bien que la justice nationale ait nié que le footballeur professionnel, Amir Nasr-Azadani, ait été condamné.

Des organisations de défense des droits de l’homme basées à l’étranger ont déclaré que plus de 450 personnes avaient été tuées lors des manifestations, soit plus du double du nombre de morts de 200 prévu par l’Iran, qui a nié que ses forces de sécurité aient tiré sur des manifestants et a repoussé les critiques à l’encontre de ses ressources humaines . dossier de droits.

La résolution a déclaré que la répression de l’Iran contre les manifestants “sape continuellement et réprime de plus en plus les droits humains des femmes et des filles, y compris le droit à la liberté d’expression et d’opinion”.

La Commission de la condition de la femme, composée de 45 membres, le premier groupe de défense des droits des femmes des Nations Unies, a été fondée en 1946 et se réunit en mars de chaque année pour promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

L’ambassadeur américain Thomas-Greenfield avait précédemment qualifié la présence de l’Iran de « tache laide sur la crédibilité de la commission », et s’était félicité du vote de mercredi.

Le représentant iranien à l’ONU, Amir Saeid Iravani, a accusé les États-Unis d’agir comme une brute et a déclaré que le renvoi était illégal.

La Russie, qui s’est opposée à la résolution, a également remis en question la légalité de cette décision et a déclaré qu’elle souhaitait entendre l’avis d’experts juridiques de l’ONU sur la question de savoir si le Conseil économique et social était en mesure de retirer l’Iran de la commission.

Fin novembre, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a voté pour enquêter sur les violations potentielles des droits de l’homme en Iran dans le cadre de la répression sévère du gouvernement.

En haut