Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Actualité

Mahsa Amini meurt après son arrestation par la police des mœurs

La mort brutale de Mahsa Amini, tout juste après sa détention par la police des mœurs iranienne.

En visite à Téhéran avec sa famille, Mahsa Amini a été interpelée par la police de la moralité. Sa mort a suscité la colère des iraniens et l’ONU réclame une enquête impartiale sur sa mort.

Al Djazeera

Une jeune femme est décédée après être tombée dans le coma suite à sa détention par la police de la moralité iranienne. Les médias d’État, ont rapporté en suscitant la fureur sur les réseaux sociaux.

Mahsa Amini, 22 ans, était en visite à Téhéran avec sa famille lorsqu’elle a été détenue par l’unité de police spécialisée qui applique le code vestimentaire strict obligatoire pour les femmes depuis peu après la révolution islamique de 1979.

“Malheureusement, elle est décédée et son corps a été transféré au bureau du médecin légiste”, a rapporté vendredi la télévision d’Etat. L’annonce est intervenue un jour après que la police de Téhéran ait confirmé que, Mahsa Amini avait été détenue avec d’autres femmes pour “instruction” sur les règles.

“Elle a soudainement souffert d’un problème cardiaque alors qu’elle était en compagnie d’autres personnes recevant des conseils. Elle a été immédiatement transportée à l’hôpital avec la coopération des services d’urgence”, a-t-il déclaré.

Le président Ebrahim Raisi a ordonné au ministre de l’Intérieur d’ouvrir une enquête sur l’affaire.

Plusieurs législateurs ont déclaré qu’ils soulèveraient l’affaire au parlement. Tandis que le pouvoir judiciaire a déclaré qu’il formerait un groupe de travail spécial pour enquêter.

Réagissant à l’incident, l’organisation de défense des droits humains Amnesty International a déclaré :

« Les circonstances qui ont conduit à la mort suspecte en détention de la jeune femme de 22 ans Mahsa Amini, qui incluent des allégations de torture et d’autres mauvais traitements en détention, doivent faire l’objet d’une enquête pénale. .”

« La soi-disant ‘police de la moralité’ de Téhéran l’a arrêtée arbitrairement trois jours avant sa mort alors qu’elle appliquait les lois abusives, dégradantes et discriminatoires du pays sur le voile forcé. Tous les agents et responsables responsables doivent faire face à la justice », a-t-il ajouté.

La mort de la jeune kurde survient au milieu d’ une controverse croissante à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran. Sur la conduite de la police de la moralité, connue officiellement sous le nom de Gasht-e Ershad (patrouille d’orientation).

En juillet, une vidéo d’une femme se tenant devant l’une des camionnettes des forces de l’ordre plaidant pour la libération de sa fille est devenue virale sur les réseaux sociaux. La femme voilée a continué à s’accrocher à la camionnette pendant qu’elle s’éloignait. Elle n’a dégagée qu’après que la voiture ait pris de la vitesse.

Le code vestimentaire obligatoire s’applique à toutes les nationalités et religions. Et pas seulement aux musulmans iraniens. Il oblige les femmes à dissimuler leurs cheveux et leur cou avec un foulard.

Au fil des décennies, les femmes ont de plus en plus reculé. Notamment dans les grandes villes, portant leur foulard très en arrière sur la tête pour dévoiler leurs cheveux.

Depuis 2017, les autorités ont adopté des mesures plus sévères lorsque que des dizaines de femmes ont publiquement retiré leur foulard lors d’une vague de protestations.

Le chef suprême de l’Iran l’ayatollah Ali Khamenei, a soutenu une attitude plus douce envers les femmes qui ne respectent pas le code vestimentaire officiel. Mais les partisans de la ligne dure ont appelé à des sanctions sévères et même à des coups de fouet. Arguant que permettre aux femmes de montrer leurs cheveux conduit à la décadence morale et à la désintégration des familles. La justice a exhorté les gens à informer qui sont les femmes qui ne portent pas le hijab.

Manifestation des iraniens et sur les réseaux sociaux

Le cas de la jeune femme a été condamné par des célébrités iraniennes, des athlètes ainsi que d’autres personnalités publiques.

L’ancien président pro-réforme Mohammad Khatami a déclaré que le comportement de la police des mœurs était un “désastre”. L’homme politique au franc-parler Mahmoud Sadeghi, a appelé Khamenei à parler publiquement du cas de Amini.

“Que dit le guide suprême, qui a légitimement dénoncé la police américaine à propos de la mort de George Floyd sur le traitement réservé à Mahsa Amini par la police iranienne ?” A déclaré Sadeghi sur Twitter.

L’ancien footballeur Ali Karimi a tweeté que pendant que les enfants de hauts fonctionnaires quittent le pays, “nos enfants meurent”.

Hossein Mahini, un autre ancien footballeur, a déclaré dans un tweet, s’adressant à la police des mœurs : “Nous vous haïssons.”

Des rassemblements de protestation ont lieu dans la République islamique depuis l’annonce de son décès vendredi dernier.

Trois personnes ont été tuées lundi dans la région à majorité kurde du pays par des tirs des forces de sécurité sur des manifestants, a dit mardi une organisation de défense des droits de l’Homme kurde, Hengaw, revoyant à la baisse un précédent bilan de cinq morts.

Sur Twitter, le mot clé #MahsaAmini a été mentionné plus de trois millions de fois.

Les propos de son père

Le père de la victime, Amjad Amini, a récusé cet élément de preuve, jugeant que la vidéo avait été coupée. «Je crois que Mahsa a été transférée tardivement à l’hôpital», a ajouté l’homme endeuillé. Il a également démenti les informations livrées par le ministre de l’Intérieur sur les prétendus antécédents médicaux de sa fille. Jusqu’à son arrestation, la jeune femme était «en parfaite santé».

Le média situé à Londres Iran International a diffusé lundi des images présentées comme un scanner du crâne de Mahsa Amini montrant une «fracture osseuse, une hémorragie et un œdème cérébral», accréditant l’idée d’une mort violente causée par de mauvais traitements. Sur les dernières images connues de la jeune femme, on la voit alitée, intubée, manifestement inconsciente, contrastant avec le visage souriant et soigneusement maquillé qu’elle arborait habituellement. Sur une vidéo récente, qui a beaucoup circulé lundi, elle apparaissait vêtue d’une longue robe rouge, ceinture traditionnelle en tissu autour de la taille, exécutant quelques pas d’une danse kurde.

Les sites Web de l’État iranien piratés par Anonymous après la mort de Mahsa Amini

Les deux principaux sites Web du gouvernement iranien et plusieurs sites Web de médias ont été ciblés par des pirates prétendant appartenir à Anonymous.

Plusieurs sites Web du gouvernement iranien et de médias affiliés à l’État sont en panne après qu’un compte Twitter lié au collectif de hackers “Anonymous” a affirmé avoir lancé des cyberattaques contre eux, visant à soutenir les manifestations après la mort de la jeune femme.

L’un est le site Web des «services intelligents» du gouvernement, où une multitude de services en ligne est proposé, et un autre vise à publier des nouvelles du gouvernement et des entretiens avec des fonctionnaires.

“Toute la base de données a été supprimée”, a déclaré un compte de réseau social soupçonné d’être affilié à Anonymous. Le gouvernement iranien n’a pas encore officiellement commenté les allégations ou les attaques.

Plusieurs autres sites Web, dont la page Web de la télévision d’État iranienne, ont également été attaqués et sont restés indisponibles pendant un certain temps.

Les sites Web étaient tombés en panne et avaient été récupérés plusieurs fois mercredi matin, indiquant une lutte entre les pirates et le support du site Web.

Les médias d’État iraniens ont également rapporté mercredi que les protestations contre la mort d’Amini s’étaient étendues à 15 villes du pays.

La mort de la jeune femme a provoqué une vague d’indignation en Iran et ailleurs, avec des vidéos montrant des femmes se coupant les cheveux pour protester contre les lois iraniennes sur le voile des femmes.

L’ancien président et chef de file du courant réformateur Mohammad Khatami a lui appelé les autorités à « mettre fin aux actions contraires à la loi, à la logique et à la charia » et à « traduire devant la justice les auteurs de l’incident ».

Selon la charia, ou loi islamique, imposée en Iran après la révolution de 1979, les femmes sont tenues de se couvrir les cheveux et de porter des vêtements longs et amples. Les femmes qui s’y opposent s’exposent à des réprimandes publiques, des amendes ou des arrestations. Des décennies après la révolution, ces mesures sont largement contestées par la population.

En haut