Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Actualité

Le Sommet de la Ligue Arabe : Le monde arabe fermement uni

Les discussions ont porté sur les difficultés auxquelles font face les pays arabes, comme la Palestine, le Yemen et les solutions envisageables

Les dirigeants et représentant des pays arabes se sont réunis au sommet de la ligue arabe en Algérie, afin de former une communauté commune et éradiquer le mal auquel font face certains pays arabes

Le Sommet de la Ligue Arabe, tenu en Algérie afin de trouver des solutions et de restaurer la paix dans le monde arabe.
Yandex.com

Les présidents et responsables arabes ont exprimé l’importance de consolider l’action arabe commune pour faire face aux défis et crises actuels et ont réaffirmé leur rejet de l’ingérence étrangère dans les affaires intérieures des autres États membres.

Au cours de la deuxième et dernière journée du sommet de la Ligue arabe qui s’est tenu en Algérie, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a averti que les conflits géopolitiques risquaient de saper la capacité du monde à relever les défis, ajoutant qu’il était important d’unifier les positions pour atteindre les objectifs de l’action arabe commune.

La Ligue arabe a tenu son premier sommet annuel depuis trois ans en Algérie après que la pandémie de COVID-19 a forcé la suspension des réunions.

Le prince Faisal a également déclaré que l’ingérence étrangère nécessite des efforts unifiés et a fermement rejeté l’approche consistant à imposer la domination aux dépens des autres.

Il a réitéré le soutien du Royaume à l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale.

Commentant la situation au Yémen, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que la communauté internationale doit persister dans ses efforts pour faire pression pour la paix dans le pays assiégé.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a déclaré que la sécurité nationale arabe est indivisible, notant que les défis actuels nécessitent d’adopter « une approche globale et conjointe » qui contribue au maintien de la stabilité et de la sécurité et à la consolidation des piliers de la bonne gouvernance.

« [Il est également important] d’éliminer les organisations terroristes et les milices armées et de contrecarrer toute tentative… des puissances internationales et régionales d’établir des zones d’influence dans le monde arabe », a ajouté Al-Sisi.

Il a également déclaré que les menaces contre les pays arabes sont principalement dues à l’ingérence de «puissances régionales étrangères» qui ont alimenté les conflits et sont allées jusqu’à lancer des «attaques militaires directes» contre certains États arabes.

Le prince héritier du Koweït, le cheikh Mishal Al Ahmad Al Jaber Al Sabah, et le prince héritier de Jordanie, Al Hussein bin Abdullah II, ont également fait écho aux sentiments d’al-Sissi et du prince Faisal, en soulignant l’importance de consolider l’action arabe commune.

Nous devons [renforcer] l’action arabe commune par une coordination et une coopération accrues pour faire face aux graves menaces auxquelles notre monde arabe est confronté“, a déclaré Cheikh Mishal.

Il a également rejeté l’ingérence étrangère dans les affaires intérieures des pays arabes, ajoutant que les relations amicales doivent être fondées sur le respect de la souveraineté des pays.

En outre, le prince héritier de Jordanie a également noté que les crises actuelles auxquelles le monde est actuellement confronté, telles que les répercussions de la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine , nécessitent un travail arabe intégré.

Étant donné que les défis auxquels nous sommes confrontés sont similaires … nous devons tirer parti du potentiel prometteur dans les secteurs du commerce, de l’investissement, de l’industrie, du tourisme et de l’agriculture“, a-t-il déclaré.

Abordant la situation en Palestine, le président palestinien Mahmoud Abbas a accusé Israël de saper une solution à deux États et a appelé à la création d’un comité juridique arabe pour enquêter sur les crimes commis contre son peuple.

« L’insistance d’Israël à saper une solution à deux États et ses violations du droit international… ne nous ont laissé d’autre choix que de reconsidérer la relation avec lui », a déclaré Abbas.

Pendant ce temps, le président du Conseil présidentiel yéménite (CLP), Rashad al-Alimi, a déclaré que le gouvernement internationalement reconnu s’était engagé à une trêve au Yémen, même si les Houthis soutenus par l’Iran ont refusé de la prolonger après son expiration en octobre.

Il a également déclaré que les Houthis avaient récemment pris pour cible les ports d’Hadramawt et de Shabwa, ajoutant qu’ils continuaient de menacer quotidiennement les installations économiques au Yémen, ainsi que dans les pays voisins.

Le mois dernier, le gouvernement yéménite a déclaré que ses forces avaient intercepté des drones armés lancés contre le terminal pétrolier d’al-Dhabba dans l’Hadramaout, alors qu’un pétrolier s’apprêtait à accoster.

L’incident d’al-Dhabba a été la première escalade majeure depuis que les Houthis et le gouvernement yéménite n’ont pas renouvelé une trêve négociée par l’ONU en raison de divergences sur le paiement des salaires des fonctionnaires dans les zones contrôlées par les Houthis.

En haut