Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Actualité

Afghanistan : Les talibans déclarent que les femmes sont interdites d’accès à l’université

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont critiqué l’interdiction, qui, selon les talibans, préserve “l’intérêt national” et “l’honneur” des femmes. Le ministère afghan de l’enseignement supérieur, dirigé par les talibans, a déclaré que les étudiantes ne seraient pas autorisées à accéder aux universités du pays jusqu’à nouvel ordre.

Al Djazeera

Une lettre, confirmée mardi par un porte-parole du ministère de l’Enseignement supérieur, a ordonné aux universités publiques et privées afghanes de suspendre immédiatement l’accès aux étudiantes, conformément au choix du cabinet.

“Vous êtes tous informés d’appliquer immédiatement l’ordre mentionné de suspension de l’éducation des femmes jusqu’à nouvel ordre”, indique une lettre adressée à chaque établissement gouvernemental et privé, signé par la ministre de l’Enseignement supérieur nommé Neda Mohammad Nadeem.

Ziaullah Hashimi à l’origine du tweet concernant la lettre, a confirmé la commande à plusieurs agences de presse dont l’AFP. Stéphane Dujarric, autre porte-parole de l’ONU, trouve cette décision “troublante”. Les journalistes, pensent qu’il s’agit d’une promesse supplémentaire non tenue des talibans.”

“Nous avons vu depuis leur prise de contrôle, une diminution de l’espace pour les femmes, non seulement dans l’éducation, mais aussi l’accès aux espaces publics”, a-t-il déclaré. “C’est une autre décision très troublante et il est difficile d’imaginer comment un pays peut se développer, relever tous les défis auxquels il est confronté sans la participation active des femmes et leur éducation.”

L’annonce a été faite alors que le conseil de sécurité des Nations unies se réunissait à New York à propos de l’Afghanistan. Les émissaires américains et britanniques à l’ONU auraient ensuite tous deux condamnés cette décision lors de la réunion du conseil.

“Les talibans ne peuvent pas s’attendre à être un membre légitime de la communauté internationale tant qu’ils ne respectent pas les droits de tous les Afghans, en particulier les droits humains et la liberté fondamentale des femmes et des filles”, a déclaré l’ambassadeur adjoint américain à l’ONU, Robert Wood.

Les talibans ont défendu leur point de vue, affirmant que de telles restrictions ont été imposées pour préserver “l’intérêt national” et “l’honneur” des femmes. Plusieurs responsables talibans ont déclaré que l’interdiction de l’enseignement secondaire n’était que temporaire, mais ils ont également avancé une litanie d’excuses pour la fermeture en évoquant le manque de fonds et de temps nécessaire, pour remodeler le programme selon les lignes islamiques.

La confirmation des restrictions universitaires est intervenue le soir même d’une session du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Afghanistan, au cours de laquelle la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour l’Afghanistan, Roza Otunbayeva, a déclaré que la fermeture des écoles avait « sapé » les relations de l’administration talibane avec la communauté internationale. .

“Tant que les filles resteront exclues de l’école et que les autorités de facto continueront à ignorer les autres préoccupations déclarées de la communauté internationale, nous resterons dans une sorte d’impasse”, a-t-elle déclaré.

Pendant ce temps, Obaidullah Baheer, fondatrice de la campagne Let Afghan Girls Learn, a déclaré que cette décision ressemblait à “un cauchemar récurrent qui s’étend sur des générations”. “Les talibans ont choisi le jour et l’heure où le Conseil de sécurité de l’ONU discutait de l’Afghanistan pour annoncer quelque chose comme ça”, a déclaré Baheer au média Al Jazeera.

« Il y a des tensions au sein des talibans… même les personnes qui s’opposent à cette décision ont été très passives », a-t-il déclaré. “Nous avons continué à compter sur les talibans pour réformer en interne – cela n’a pas fonctionné”, a déclaré Baheer, ajoutant que les réactions de la communauté internationale envers les talibans n’ont fait que les “apaiser” et les “enhardir”.

La décision a été prise alors que de nombreux étudiants universitaires passent des examens de fin de trimestre. La mère d’un étudiant universitaire, qui a demandé à ne pas être nommée pour des raisons de sécurité, a déclaré que sa fille l’avait appelée en larmes lorsqu’elle avait entendu parler de la lettre, craignant qu’elle ne puisse plus poursuivre ses études de médecine à Kaboul.

«La douleur que non seulement moi… et [d’autres] mères avons dans nos cœurs, ne pourrait pas être décrite. Nous ressentons tous cette douleur. Ils s’inquiètent pour l’avenir de leurs enfants », a-t-elle déclaré. Le pays est sous le choc d’une crise humanitaire avec plus de la moitié des souffrants affrontant la famine. 

Continuer la lecture
Vous pourriez aussi aimer...
En haut