Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Trois policiers jordaniens ont été tués et cinq autres blessés lors d'un raid sur la cachette des assassins présumés d'un officier supérieur des forces de l'ordre dans la ville méridionale de Maan

Actualité

Jordanie : Trois policiers ont été tués lors d’un raid sur une cachette à Maan

“La violence contre l’État, le vandalisme des biens publics et les violations des droits seront réprimés avec fermeté” a déclaré le Roi de la Jordanie

3 policiers jordaniens meurent lors d’un raid contre les tueurs présumés du chef de la police

yandex.com

AMMAN : Trois policiers jordaniens ont été tués et cinq autres blessés lors d’un raid sur la cachette des assassins présumés d’un officier supérieur des forces de l’ordre dans la ville méridionale de Maan.

Dans un communiqué, la Direction de la sécurité publique de Jordanie a déclaré lundi que l’un des suspects, un “militant qui a embrassé l’idéologie radicale takfiri”, a été tué au cours de l’opération et neuf autres ont été arrêtés.

Le PSD a ajouté que les suspects “incluaient quatre frères du terroriste tué qui a tiré sur une force de sécurité, trois fils d’un des suspects et deux autres qui se trouvaient dans la cachette“.

Les suspects ont été trouvés en possession d’armes automatiques et d’une grande quantité de munitions, selon le communiqué du PSD.

Et il a nommé les officiers décédés comme étant le capitaine Ghaith Rahahleh, le sous-lieutenant Mutaz Najada et le cap. Ibrahim Shaqarin.

Le Prince héritier Hussein a assisté aux funérailles de Rahahleh dans le quartier Suwaileh d’Amman. Les deux autres officiers ont également été inhumés lundi dans leurs villes natales de Madaba et Tafileh.

Les villes du sud de Maan, Tafileh et Karak ont ​​connu des grèves sporadiques et des sit-in de camionneurs pour protester contre la hausse des prix du carburantLa police a déclaré que certaines des grèves étaient devenues violentes, les manifestants attaquant les bâtiments publics et les forces de sécurité.

Le PSD a déclaré que le colonel Abdul Razzaq Al-Dalabeeh, chef adjoint de la police de Maan, était mort après avoir été abattu lors d’un affrontement avec des manifestants dans le district d’Al-Husseiniya de Maan jeudi.

En visite vendredi dans la maison de condoléances de la famille d’Al-Dalabeeh, le Roi Abdallah s’est engagé à traduire les auteurs en justice, soulignant que la violence contre l’État, le vandalisme des biens publics et la violation des droits des Jordaniens seraient traités avec fermeté.

Il a déclaré : « Nous ne tolérerons pas la violence contre notre personnel de sécurité, qui travaille jour et nuit pour protéger la Jordanie et les Jordaniens ».

Lors d’une conférence de presse après les funérailles d’Al-Dalabeeh vendredi, le gouvernement a déclaré que les agences de sécurité maintiendraient une “approche stricte” pour faire face aux émeutes et à la violence, tout en respectant le droit des gens à manifester pacifiquement.

Le PSD a déclaré que 44 personnes accusées d’avoir participé à des manifestations contre la hausse des prix du carburant ont été arrêtées au cours du week-end.

Les camionneurs de Maan ont commencé leur manifestation en organisant un sit-in sur l’autoroute du désert reliant Amman à la ville portuaire d’Aqaba, avant que des collègues d’autres régions, dont Amman et Mafraq à la frontière avec l’Irak, ne se joignent également à eux.

Dans un geste qualifié de « désobéissance civile », les commerçants de Maan, Tafileh et Karak ont ​​fermé leurs magasins en signe de soutien aux chauffeurs.

Certaines régions ont été le théâtre d’émeutes, de barrages routiers et d’incendies de pneus, provoquant l’intervention des forces de sécurité.

Samedi soir, les camionneurs de Maan ont signé un accord avec les législateurs pour mettre fin à une grève de 17 jours qui a entraîné des perturbations majeures du trafic et des chaînes d’approvisionnement.

Dans le cadre de l’accord, signé par six députés, les chauffeurs ont accepté d’évacuer les principales autoroutes et de retourner au travail en s’engageant à ce que leurs revendications soient satisfaites.

Les travailleurs – principalement de Maan, Tafileh et Karak – ont appelé à une baisse des prix du carburant et à l’annulation d’une taxe spéciale sur les dérivés du carburant.

Le prix du carburant, en particulier du diesel et du kérosène, a grimpé en flèche ces derniers mois en Jordanie, le gouvernement blâmant les marchés internationaux. Il a également déclaré avoir généré environ 1 milliard de dinars jordaniens (1,4 milliard de dollars) grâce à la taxe sur les dérivés du carburant.

Lors d’une session de la chambre basse sur les prix du carburant, le Premier ministre Bisher Khasawneh a déclaré : « Le gouvernement n’a pas le luxe de subventionner les dérivés du carburant.

Baisser les prix du carburant signifierait un coût supplémentaire de 550 millions de dinars jordaniens pour le budget. Le gouvernement n’a pas cet argent.

En haut