Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Actualité

Pakistan : la tentative de l’assassinat de l’ancien premier ministre, Imran Khan

Dans la ville de Gujranwala, des coups de feu retentissent directement en direction d’Imran Khan, l’ex Premier ministre Pakistanais. Touché à la jambe, l’homme politique n’a pas succombé à ses blessures. 

Al Jazeera

Asad Umar, Responsable du mouvement du Pakistan pour la justice a déclaré publiquement : “oui, il a été touché, des plombs sont logés dans sa jambe, son os a été ébréché et il a également été touché à la cuisse. Fort heureusement, il va être pris en charge à lahora, en attendant que son état s’améliore.”

Qualifiée de tentative d’assassinat, cette fusillade a tué un civil, partisan de la politique de Khan. Le nom de la victime a volontairement été caché pour des raisons de sécurité. Le suspect a par ailleurs été arrêté jeudi, selon les autorités policières. Ce dernier, muni d’un pistolet de 9 millimètres composé de deux chargeurs vides semble avoir agi de manière préméditée.

L’auteur de l’attentat s’est ensuite mis en scène dans une vidéo de confession. II reconnaît avoir eu la volonté d’assassiner Imran khan, en conséquence de l’habitude de l’homme politique à “tromper le peuple”. Il précise en fin de vidéo qu’il a agi seul, sans le moindre complice.

Dans une déclaration transmise par les médias Pakistanais, Faïsal Javed, membre du sénat du Pakistan que l’on peut voir se redresser tandis qu’il reçoit lui-même des soins, a déclaré:  “S’il vous plaît, priez pour nous, pour Imran Khan, priez pour nos collègues travailleurs qui sont gravement blessés et priez pour le membre de notre parti qui est mort martyrisé.”

Par ailleurs, sur Twitter, le ministre en chef de la province de Pendjab, déclare :”Nous voulons savoir qui est derrière cet incident, quelles personnes ont formé les accusés, quel est le raisonnement par lequel ce garçon a été préparé et combien d’argent a t-il reçu.”

Lors de l’attaque, M. Khan entamait son septième jour de marche d’une tournée nationale durant laquelle il avait organisé un rassemblement pour anticiper les élections. Ayant été évincé du pouvoir en avril, l’homme politique avait affirmé à plusieurs reprises que les États-Unis étaient impliqués dans sa perte de pouvoir.

Jeudi, après la fusillade, de multiples manifestations ont éclaté dans tout le Pakistan en soutien à Imran Khan. Un blocage des routes a également été effectué deux heures durant lesquelles ont eu lieu une huée du gouvernement fédéral ainsi que de l’armée.

Continuer la lecture
Vous pourriez aussi aimer...
En haut