Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Victimes de guerre, déplacées de force.

A la une

Des réfugiés victimes de guerre en Syrie, en Ukraine et dans le monde déplacés de force

Les conflits à travers le monde ont entraîné une augmentation de la malnutrition infantile.

Le HautCommissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) Raouf Mazou, lors d’un interview expose les difficultés auxquelles font face les réfugiés déplacés de force dont précisément les enfants.

 La moitié des personnes déplacées de force dans le monde sont encore des enfants de moins de 18 ans, selon les données publiées par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Soit 1,5 million de personnes de plus que l’ensemble de la population saoudienne.

C’est un vieux problème, mais il ne va pas disparaître.

Fin 2021, les données du HCR évaluaient à 89,3 millions le nombre de personnes déplacées de force de tous âges. Des victimes de persécutions, de conflits, de violences, de violations des droits de l’homme ou d’événements troublant gravement l’ordre public. Ce chiffre est passé à 100 millions depuis l’invasion russe de l’Ukraine en mars.

« La situation des personnes déplacées de force est très, très préoccupante », a déclaré Raouf Mazou, haut-commissaire adjoint pour les opérations au HCR, à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

“Pour cette année, nous sommes arrivés à un nombre total d’environ 100 millions de personnes déplacées de force. Il s’agit notamment des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Estimation en chiffres

Dans l’état actuel des choses, même avec les chiffres publiés en juin, les 42 % d’enfants chassés de chez eux s’élèvent à environ 37 506 000.

Pour donner une certaine perspective, c’est 15 756 000 de plus que l’ensemble de la population du Caire. Près de cinq fois le nombre de personnes à Riyad et près de 28 millions de personnes de plus que Londres.

De plus, le problème prend de l’ampleur. Alors que de nombreux enfants et adultes dont généralement des femmes, ont été chassés de chez eux. Notamment par la sécheresse, l’insécurité alimentaire et les conflits armés 1,5 million d’enfants sont également nés réfugiés.

Chaque année entre 2018 et 2021, cela équivaut à une moyenne de 350 000 à 400 000 enfants nés dans une vie de réfugié chaque année. Seuls ou en famille, tous sont confrontés à l’insécurité alimentaire, à la pauvreté et à des menaces pour leur sécurité.

“Si l’on regarde les 10 dernières années, nous avons vu chaque année une augmentation de ces chiffres”, a déclaré Raouf Mazou.

Cela les exposait à son tour à une vulnérabilité accrue et à des attaques, souvent des agressions sexuelles violentes. Les victimes vont des enfants aux adultes, les agresseurs opèrent seuls et en groupe.

Les viols collectifs sont devenus inquiétants au Soudan du Sud alors que la trêve fragile se rapproche de l’échec complet.

“C’est à cause d’un conflit, à cause du climat, à cause d’un certain nombre de raisons. C’est une situation très (préoccupante) », d’après le haut-commissaire adjoint pour les opérations au HCR.

Lundi, Martin Griffiths, le sous-secrétaire général des Nations unies aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d’urgence, a déclaré au Conseil de sécurité que la faim était utilisée comme une “tactique de guerre”. C’est ce que les organisations humanitaires tentent de combattre à travers des bouées de sauvetage, en travaillant avec des groupes locaux qui sont les premiers, parfois les seuls, « intervenants sur le terrain ».

Il a averti que la présence de travailleurs humanitaires ne signifie pas la fin des souffrances pour les personnes déplacées.

Le Soudan du Sud est “l’un des endroits les plus dangereux pour un travailleur humanitaire l’année dernière, avec 319 incidents violents visant le personnel et les biens humanitaires”.

Griffiths a déclaré que cinq travailleurs humanitaires avaient été tués en 2021. Cinq autres sont morts depuis le début de cette année.

Jusqu’à l’invasion russe de l’Ukraine, une grande majorité des réfugiés dont 69 % du nombre mondial, pour être précis provenaient de cinq pays seulement. À savoir la Syrie, le Soudan du Sud et l’Afghanistan.

En Syrie, plus de 6,9 ​​millions de personnes ont fui leur foyer à l’intérieur du pays et plus de 6,5 millions restent à l’extérieur de la Syrie. 5,7 millions sont des réfugiés dans la région, toujours hébergés par des voisins. Jusqu’à l’Ukraine, la Syrie comptait le plus grand nombre de personnes déplacées.

Actuellement, 14,6 millions de personnes en Syrie dépendent de l’aide, soit 1,2 million de plus qu’un an auparavant. Plus de 90 % des Syriens vivent dans la pauvreté.

Après 11 ans de conflit, les personnes déplacées par la guerre syrienne commencent à devenir une cause oubliée.

“Il y a toujours un élément de fatigue d’asile”, a affirmé Mazou. “Parce qu’après un certain temps, les gens s’attendent à ce que la solution soit résolue et donc, il y a moins d’attention. Et puis vous voyez une réduction du financement.

Selon lui, les événements de 2021, comme la guerre en Ukraine et le violent changement de régime en Afghanistan ont poussé la Syrie encore plus loin des projecteurs.

“Chacune de ces nouvelles situations nécessite un financement supplémentaire et réduit la disponibilité des fonds pour d’autres endroits”, a déclaré Mazou.

Il a dit que l’effet d’entraînement a été une augmentation du montant des besoins.

“Les ressources qui sont mobilisées n’augmentent pas aussi vite que le nombre de réfugiés et l’ampleur des besoins que nous avons”, a-t-il annoncé.

 

Raouf Mazou, lance un appel à de généreuses contributions pour répondre aux besoins humanitaires urgents.

Parmi les problèmes auxquels sont confrontés les réfugiés figurent la violence sexiste et les risques pour les enfants, qui sont en augmentation.

Ensuite, il y a la crise de la sécurité alimentaire qui a établi de nouveaux records avec 13,9 millions de personnes souffrant de la faim chaque jour. Ce qui s’est accéléré encore par le conflit en Ukraine.

“Nous avons environ 11 millions de réfugiés dans 42 pays, qui dépendent de l’aide alimentaire”, a exprimé Mazou.

“Et ce que nous constatons maintenant c’est que dans un certain nombre de pays, nous n’avons pas assez de ressources.”

Il a déclaré que la crise du coût de la vie avait exacerbé le problème. cela qui signifie que la quantité de nourriture mise à disposition diminuait à mesure que les coûts montaient en flèche.

La situation est si mauvaise que certains des réfugiés reçoivent peu ou voire même aucune aide alimentaire.

Cependant, le problème n’est pas seulement la pénurie alimentaire. L’une des premières choses que les enfants réfugiés perdent est l’accès à l’éducation.

Selon les données du HCR, près d’un enfant syrien sur deux n’est pas scolarisé. Et est exposé au travail forcé des enfants, aux mariages précoces et forcés, à la traite et au recrutement par des acteurs armés.

Mazou a déclaré que seulement 37% de tous les enfants réfugiés ont accès à l’enseignement secondaire, tandis que ceux de l’enseignement supérieur ne représentent que 6% de ceux qui en ont besoin.

« Le problème est que moins d’accès à l’éducation signifie qu’ils sont moins préparés et moins prêts à faire partie du pays lorsqu’ils pourront y retourner. Donc, on peut certainement parler d’une génération perdue », a-t-il affirmé.

Mazou a annoncé que le HCR est en pourparlers avec les gouvernements pour s’assurer que les enfants réfugiés sont inclus dans les systèmes éducatifs existants.

Selon le rapport Data Finder du HCR, une grande majorité de ces personnes déplacées de force de leur foyer et de leur pays sont hébergées dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Et non dans des pays occidentaux plus riches.

“Les pays à revenu faible et intermédiaire accueillent 83% des réfugiés et des Vénézuéliens déplacés à l’étranger dans le monde”, indique le rapport. Ajoutant: “Les pays les moins avancés offrent l’asile à 27% du total”.

De nombreux réfugiés syriens qui ont quitté le pays pendant la guerre se retrouvent aujourd’hui en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Égypte.

Il est bien documenté que le Liban, un pays de la taille du comté britannique de Cornouailles et avec une population de quatre millions d’habitants, accueille quelque part dans la région près de 2 millions de réfugiés.

Le Liban connaît sa propre crise financière où les banques refusent aux citoyens l’accès à leur propre épargne.

Il est clair que la crise du coût de la vie a considérablement affecté le financement des réfugiés au cours des trois dernières années, la pandémie et la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans forçant des millions de personnes à fuir.

Dans son rapport sur l’impact des donateurs de 2021, le HCR a déclaré : “2021 a été une autre année difficile”.

Il a poursuivi en ajoutant : « La crise économique, les conflits, le changement climatique et la pandémie actuelle de COVID-19 ont exigé que nous nous adaptions chaque jour aux nouveaux défis.

“Mais les épreuves et les tribulations de 2021 ont particulièrement touché certaines des personnes les plus vulnérables au monde : les plus de 84 millions de personnes contraintes de fuir leur foyer pour échapper à la guerre, à la persécution et à d’autres situations mettant leur vie en danger”.

En janvier 2022, l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a annoncé qu’il demandait à la communauté internationale 1,6 milliard de dollars cette année.

L’UNRWA a été créé par l’Assemblée générale en 1949, mandaté pour fournir une assistance et une protection aux 5,7 millions de réfugiés palestiniens enregistrés auprès de l’agence dans ses cinq domaines d’opération.

La mission de l’UNRWA est « d’aider les réfugiés palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza à réaliser leur plein potentiel de développement humain, en attendant une solution juste et durable à leur sort. Les services de l’UNRWA englobent l’éducation, les soins de santé, les secours et les services sociaux, l’infrastructure et l’amélioration des camps, la protection et la microfinance.

En janvier, Philippe Lazzarini, commissaire général de l’UNRWA, a déclaré que la communauté internationale reconnaissait le “rôle salvateur de l’UNRWA” et son rôle dans la contribution à la stabilité au Moyen-Orient.

« En 2022, cette reconnaissance doit être soutenue par un niveau de financement adéquat pour faire face à ce moment critique pour les réfugiés palestiniens », a-t-il déclaré.

“Les déficits budgétaires chroniques de l’agence menacent les moyens de subsistance et le bien-être des réfugiés palestiniens que l’UNRWA sert et constituent une menace sérieuse pour la capacité de l’agence à maintenir ses services.”

Plus tôt en septembre, Lazzarini a conclu une visite officielle au Caire au cours de laquelle il a rencontré Ahmed Aboul Gheit, le secrétaire général de la Ligue arabe, et Sameh Shoukry, le ministre égyptien des Affaires étrangères.

Félicitant l’Égypte et la Ligue arabe pour leur soutien politique, il a appelé à la poursuite de la solidarité arabe avec les réfugiés palestiniens, notamment dans leur soutien financier à l’UNRWA.

“Mais cela nécessite des ressources adéquates pour mettre en œuvre le mandat que cette région, et la majeure partie du monde, lui donne”, a déclaré Lazzarini. “Le soutien politique – sans ressources financières correspondantes – ne couvrira pas le coût de 700 écoles, 140 centres de santé et une aide alimentaire et en espèces à plus de deux millions de réfugiés palestiniens pauvres et touchés par le conflit.

Ce n’est pas différent pour le HCR, a déclaré Mazou, qui a expliqué que si la pandémie a vu une augmentation des dons à la fois du secteur privé et des particuliers – probablement en raison de leurs propres difficultés nouvellement découvertes – les besoins continuent de croître.

« Il existe un certain nombre de situations – au Yémen par exemple, où vous avez 5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, plus environ 100 000 réfugiés dans une situation où il y a un conflit depuis un certain temps », a déclaré Mazou.

« Il est clair qu’un soutien financier est nécessaire ainsi qu’un soutien pour traiter la cause profonde du conflit, qui a, comme impact et comme conséquence, le déplacement. Donc plus de ressources financières sont nécessaires à coup sûr.

Mazou a félicité les États membres du CCG pour leurs contributions à la cause des réfugiés, mais a ajouté : “Vous ne pouvez jamais être satisfait du niveau des contributions que nous recevons actuellement”.

Soulignant que le budget global du HCR est d’environ 10 milliards de dollars, il a déclaré : « Nous en recevons normalement la moitié sous forme de contribution, nous avons donc déjà un écart au niveau mondial.

S’adressant aux pays du CCG, il a déclaré: “Que ce soit les Émirats arabes unis, que ce soit l’Arabie saoudite, que ce soit le Qatar, ils ont contribué. Mais bien sûr, ils doivent contribuer davantage.

Il ne s’agit pas d’être ingrat, a expliqué Mazou. “C’est ce que nous demandons à tous nos donateurs, nous apprécions ce qu’ils font, mais nous demandons plus.”

En haut