Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

21 morts dans l'incendie d'une maison à Gaza

Actualité

Bande de Gaza : 21 personnes mortes dans l’incendie d’une maison à Gaza

Selon les dirigeants du Hamas du territoire, l’essence stockée dans l’appartement avait alimenté l’incendie et contribué au nombre élevé de morts.

L’incendie a éclaté au troisième étage d’un immeuble de trois étages dans le camp de réfugiés surpeuplé de Jabaliya, selon le groupe militant palestinien Hamas

Twitter, @nytimesworld

Un incendie qui s’est déclaré jeudi soir dans le nord de la bande de Gaza a tué au moins 21 personnes, selon les dirigeants du Hamas du territoire, dans l’un des incidents les plus meurtriers de ces dernières années en dehors des violences liées au conflit israélo-palestinien.

L’incendie a éclaté au troisième étage d’un immeuble de trois étages dans le camp de réfugiés surpeuplé de Jabaliya, selon le groupe militant palestinien Hamas.

La Défense civile de Gaza, qui est dirigée par le Hamas, a lié l’incendie à l’essence qui était stockée dans le bâtiment. Il n’était pas immédiatement clair comment l’essence s’enflammait. Les responsables ont déclaré qu’une enquête était en cours.

Des flammes ont été vues crachant par les fenêtres du sol en feu alors que des centaines de personnes se rassemblaient dans la rue, attendant des camions de pompiers et des ambulances.

Gaza, gouvernée par le Hamas et soumise à un blocus israélo-égyptien paralysant, fait face à une grave crise énergétique. Les gens stockent souvent du gaz de cuisine, du diesel et de l’essence dans les maisons en prévision de l’hiver. Les incendies de maison ont déjà été causés par des bougies et des fuites de gaz.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a présenté ses condoléances aux familles des morts et a décrété vendredi une journée de deuil.

Hussein Al-Sheikh, un haut responsable de l’Autorité palestinienne, a appelé Israël à ouvrir son poste frontière avec Gaza pour permettre l’évacuation des blessés qui ont besoin de soins médicaux avancés vers les hôpitaux palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem.

Le COGAT, l’organisme israélien contrôlant le point de passage d’Erez avec la bande de Gaza, n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

En haut