Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

faux halal

Vu sur le net

Faux halal : “C’est une machine qui saigne, et un musulman est là pour surveiller”

Tilly-Sabco prétend vendre des poulets halal qu’elle exporte en Asie, au Moyen-Orient et au Maghreb

Le journal Ouest-France  a publié une  interview d’un salarié de Tilly-Sabco, un acteur du marché mondial du poulet surgelé. Comme indiqué sur son site internet, l’entreprise située à Guerlesquin dans le Finistère prétend vendre des poulets halal qu’elle exporte en Asie, au Moyen-Orient et au Maghreb.

Spécialiste des marchés internationaux, Tilly-Sabco a su s’adapter aux habitudes culturelles et alimentaires des pays vers lesquels elle exporte.

La longue histoire que l’entreprise entretient avec la communauté musulmane internationale fait que l’ensemble de nos poulets sont abattus dans le respect du rite islamique. Nos produits portent tous la mention Halal.

faux halal

Dans cet entretien, Patrick évoque la procédure d’abatage qui est loin d’être conforme aux exigences islamiques.

« Mon poste, c’est accrocheur de poulets. Ils arrivent vivants, dans des conteneurs. Il y a deux chaînes, avec chacune 7 accrocheurs. Chaque chaîne fait 8 400 poulets à l’heure, soit 1 200 poulets à l’heure par personne, ou 20 poulets chaque minute par personne. On fait moins de gestes qu’avant, tout est à hauteur. Les poulets ne se débattent plus, il y a un aspirateur à poussière, et on travaille dans une lumière bleue pour éviter le stress animal.

Le travail est beaucoup moins pénible qu’auparavant. Et puis on travaille 7 h par jour, maximum. Dans les années 1980, il fallait finir la journée. Quand il y avait eu des pannes le matin, on pouvait travailler parfois 12 h ou 14 h.

Toute notre production est halal. Le poulet qui a été accroché est d’abord hydrocuté, il passe dans une eau électrique. Il est alors simplement étourdi. Ensuite il est saigné. C’est une machine qui saigne, et un musulman est là pour surveiller. Si un poulet n’est pas correctement passé dans la lame, c’est lui, le saigneur, qui le fait. »

En haut