Connectez-vous avec nous

Le Journal du Musulman

A la une

Une musulmane qui porte le niqab répond à 5 questions posées par une journaliste

La journaliste Sarah-Maude Lefebvre a donné la parole à Momina, une musulmane qui porte le niqab au Québec.

La journaliste Sarah-Maude Lefebvre a donné la parole à Momina, une musulmane qui porte le niqab au Québec. Dans une entrevue publiée sur le journal de Montréal, Momina dénonce l’intimidation et la violence dont elle est victime dans les rues et demande à la société québécoise de cesser de considérer les femmes portant le voile comme des ennemies.

Momina a répondu à 5 questions posées par Sarah-Maude Lefebvre. Les réponses sont succinctes mais très enrichissantes.

Pourquoi portez-vous le niqab?

Je le porte parce que ça fait partie de ma foi, de mes croyances personnelles. C’est important pour moi de ne me montrer qu’à mon mari. C’est mon choix.

Vous impose-t-on le port du niqab?

Non. Et toutes les femmes que je connais qui le portent le font par choix personnel. Si mon mari me maltraitait et m’obligeait à le faire, ça serait facile de le dénoncer. On est au Canada!

Vous considérez-vous comme une femme libre et émancipée?

Oui, vraiment. Lorsque j’étais au Pakistan, j’ai pu faire des études de médecine. Mon père, qui était très religieux, m’a encouragée et permis de voyager partout à travers le monde. Je me concentre présentement sur ma famille, mais j’ai bien l’intention d’aller chercher les équivalences nécessaires et de bientôt pratiquer comme médecin ici.

Pourquoi est-ce important pour vous de continuer à porter le niqab malgré les agressions que vous avez vécues?

Le Canada est censé être le pays le plus libre au monde. Je suis Canadienne et fière de l’être. Je crois que j’ai le droit de vivre avec mes convictions religieuses, tout en respectant les lois.

Vous sentez-vous rejetée par la société par moment?

Le débat entourant le projet de charte des valeurs québécoises a été un moment très difficile à vivre. Nous étions plusieurs à nous demander si on devrait quitter le Québec. Mais c’est mon pays, ma maison ici. J’aimerais juste que les frères et les sœurs qui habitent dans la même maison que moi me parlent et ne m’ignorent pas.

1 commentaire

1 commentaire

  1. marcel pitre

    16 janvier 2016 at 2 h 31 min

    Comment se sent -elle lorsqu’elle arrive a la banque et à l’aéroport et que les services de sécurité semblent être concentrées sur chacun de ses mouvements et gestes…?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut

INCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

Recevez les dates du calendrier musulman par mail