Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

A la une

Une femme Libanaise  a braqué une banque ce mercredi 14 septembre à Beyrouth 

Désespérée, la jeune femme de 28 ans n’a eu d’autre choix que d’user de la force pour sauver sa sœur malade.

pour financer le traitement de sa sœur, Sali Hafiz a dû faire recours à la force.

Sali Hafiz a obligé le personnel de la BLOM Bank à Beyrouth à lui donner des milliers de dollars de son propre argent. En agitant ce qui semblait être une arme de poing dans la succursale, dans une tentative désespérée de financer ce qu’elle a qualifié de traitement hospitalier pour sa sœur atteinte de cancer. .

Au même titre que la jeune femme, peu de temps après un homme armé est entré dans une succursale de BankMed dans la ville montagneuse d’Aley au Liban. Il a tenté de récupérer ses économies piégées. L’homme a obtenu une partie de l’argent avant de se livrer aux autorités.

En effet, les incidents de mercredi font suite à un événement similaire en août lorsqu’un homme a retenu des personnes en otage dans une autre banque de Beyrouth, pour obtenir de force de l’argent que la banque avait retenu.

Effectivement, Ils sont la preuve que les déposants libanais dont l’épargne a été dévaluée et bloquée dans les banques pendant près de trois ans. Aussi, ils ont commencé à prendre les choses en main.

Lors de l’incident de la BLOM Bank, une femme identifiée par sa mère comme Sali Hafiz, est entrée dans la succursale avec des militants. Elle a pris d’assaut le bureau du directeur, ont déclaré des témoins.

Hafiz a diffusé une vidéo en direct de son raid, dans laquelle on pouvait l’entendre crier aux employés de libérer une somme d’argent alors que les entrées de la banque étaient scellées.

Je suis Sali Hafiz, je suis venue aujourd’hui… pour prendre les dépôts de ma sœur qui est mourante à l’hôpital“, a-t-elle déclaré dans la vidéo.

“Je ne suis pas venue pour tuer qui que ce soit ou pour allumer un incendie… Je suis venu revendiquer mes droits”.

La femme s’est instantanément transformée en héroïne populaire sur les réseaux sociaux au Liban, où beaucoup cherchent désespérément à accéder à leurs économies et sont furieux contre un secteur bancaire perçu comme un cartel corrompu.

Une deuxième femme qui est apparue dans la vidéo a affirmé avoir obtenu plus de 13 000 dollars, tandis qu’un homme debout à côté d’elle portait ce qui semblait être des piles de billets emballés dans du plastique.

La façade en verre d’une banque dans la capitale libanaise Beyrouth

La façade vitrée d’une banque de la capitale libanaise, Beyrouth, est brisée après le braquage [AFP]

Essence versée dans la banque

Hafiz et ses complices présumés se sont échappés par une fenêtre brisée à l’arrière de la succursale avant l’arrivée des forces de sécurité.

“Ils ont aspergé d’essence partout à l’intérieur, ont sorti un briquet et ont menacé de l’allumer”, a déclaré Nadine Nakhal, une cliente de la banque. Elle a dit que la femme armée avait menacé de tirer sur le directeur si elle ne recevait pas son argent.

L’incident a duré moins d’une heure.

Lors de l’incident d’août, un homme local a reçu une large sympathie après avoir pris d’assaut une banque de Beyrouth avec un fusil et retenu en otage des employés et des clients pendant des heures pour exiger une partie de ses 200 000 dollars d’économies gelées pour payer les factures d’hôpital de son père malade.

Il a été détenu mais rapidement relâché.

En janvier, un client d’une banque a retenu en otage des dizaines de personnes dans l’est du Liban après avoir appris qu’il ne pouvait pas retirer ses économies en devises étrangères, a déclaré une source du prêteur.

Les médias locaux ont rapporté que le client a finalement reçu une partie de ses économies et s’est rendu aux forces de sécurité.

Le Liban a été frappé par sa pire crise économique depuis 2019. La monnaie locale a perdu plus de 90 % de sa valeur sur le marché noir, tandis que la pauvreté et le chômage ont grimpé en flèche.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

Twitter

En haut