Connectez-vous avec nous

Le Journal du Musulman

bus femme voilee crs

A la une

Une dizaine de CRS entourent un bus et demandent à une femme voilée de descendre

Pas un seul instant Lydia, une musulmane voilée, ne pouvait imaginer qu’elle serait directement la cible d’une dizaine de CRS entourant le bus

À Paris, ce vendredi 29 janvier à 17h, Lydia prend le bus après une journée d’étude à sa faculté, comme à l’accoutumée. Durant ce trajet, une dizaine de CRS entourent le bus et procèdent à une interpellation. Pas un seul instant Lydia ne pouvait imaginer qu’elle en serait directement la cible.

À la station d’Austerlitz, le bus marque un arrêt. Les passagers sont sommés par une dizaine de CRS de ne pas quitter le bus. Ceux-ci ne donnent aucune autre explication. Lydia, comme les autres passagers attendent 10 minutes dans l’incompréhension la plus totale.

L’attente prend fin avec l’arrivée d’une agent de police qui monte dans le bus et interpelle directement Lydia, lui demandant de descendre. Celle-ci s’exécute tout en ayant du mal à réaliser que c’est elle qui fait l’objet d’une telle opération. Aucun justificatif d’identité ne lui sera demandé. Il lui est expressément notifié d’attendre sans poser de questions.

Cinq minutes plus tard, en pleine rue et devant des passagers et des passants qui la fixent désormais comme un « suspect », on lui annonce que c’est une erreur et qu’elle peut remonter dans le bus.

« C’était une situation très gênante pour moi. On n’a pas voulu m’expliquer ce qui correspondait aux descriptifs de l’avis de recherche. J’étais la seule personne voilée dans ce bus, j’ai eu  l’impression qu’il fallait faire descendre quelqu’un du bus et que je faisais office de suspect. »

Lydia a essayé de recueillir davantage d’informations mais aucune réponse ne lui sera faite. Lorsqu’elle remonte dans le bus : tous les regards restent bien évidemment figés sur elle.

Les policiers n’ont pas pris la peine d’expliquer aux usagers du bus qu’il s’agissait d’une erreur et que Lydia était tout à fait innocente.

Ce qui nous interpelle est la disproportion d’une telle opération (bus immobilisé par des CRS, interpellation aux yeux de tous) avec la maigreur de l’ « enquête » qui a suivi. Même pas un seul document d’identité n’a été demandé.

Sur quels critères se sont-ils fondés pour ordonner une opération aussi « muselée » ?

Il n’est pas acceptable que Lydia subisse une telle humiliation publique, sans aucune explication et sans même qu’il ait été jugé utile de la blanchir de toutes accusations.

Lydia a contacté le CCIF. Elle a été mise en relation avec le pôle juridique qui l’accompagnera dans ses démarches.

Islamophobie

1 commentaire

1 commentaire

  1. sufyan

    10 mars 2016 at 4 h 57 min

    A salam alaykum, ce tout petit pays est une honte Internationale!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

Twitter

En haut

INCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

Recevez les dates du calendrier musulman par mail