Connectez-vous avec nous

Le Journal du Musulman

ACTUALITÉ

Un joueur musulman de ligue 2 et son épouse victimes d’islamophobie

Le joueur musulman de l’AS Nancy-Lorraine affirme avoir subi des menaces et des agressions quelques jours après l’attaque contre Charlie Hebdo.

Salim Baghdad, joueur de l’AS Nancy-Lorraine, a révélé avoir été victime d’une agression islamophobe en janvier dernier. Le joueur musulman affirme avoir subi des menaces et des agressions quelques jours après l’attaque contre Charlie Hebdo.

« En quittant la Forêt de Haye, je me suis arrêté près d’une personne qui portait une veste siglée ASNL pour discuter comme on le fait à la fin de chaque entraînement. Tout se passait bien. Puis la personne a commencé à me cracher dessus et à me traiter de sale arabe. Elle a été rejointe par trois autres qui ont fait la même chose  », témoigne le joueur de 22 ans à l’Estrépublicain.

De retour à son domicile, il trouve son épouse en pleurs

Le milieu de terrain raconte à francefootball.fr que le cauchemar s’est prolongé jusqu’à son domicile où il a trouvé son épouse en pleurs.

« Elle me dit que tout l’après midi, des gens sont venus frapper à la porte. Ils ont laissé une poche devant la porte. Je regarde à l’intérieur, il y a des imprimés où il est écrit «Salim Bagdhad, né le 11 septembre, est allé dans le même lycée que Mohamed Merah», mais aussi du porc, et le drapeau tricolore ».

Reçu par le directeur sportif accompagné d’un agent des RG

Salim choisit d’en parler à son club mais il ne reçoit pas le soutien qu’il espérait. Le joueur est reçu par le directeur sportif lorrain, Paul Fischer, et à eux, se joint un agent des renseignements généraux. Ce dernier lui tient un discours que le joueur trouve ambigu selon le magazine de football français :

« Il commence à me parler d’une mosquée où j’allais à Toulouse, celle de Mohamed Merah, reprend Salim. Il me sort une photo quand je suis à la mosquée un vendredi. Ce n’est pas une mosquée intégriste du tout. J’y allais avec des joueurs du TFC, du Stade Toulousain et avec les joueurs de Luzenac. Le mec des RG me sort même une photo de moi à la mosquée… Je lui dis que c’est ridicule et ce n’est pas parce que je vais à la mosquée qu’on a le droit de m’insulter de sale arabe, bougnoule ou sarrasin »

Malgré le choc de l’agression et le sentiment d’injustice, Salim Baghdad préfère dans un premier temps rester discret et ne pas médiatiser cet acte islamophobe « pour le bien du club et pour ne pas mettre en péril la suite de sa carrière ».  Mais l’indifférence de l’ASNL durant tous ces mois l’a finalement  incité à révéler son histoire.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

Twitter

En haut