Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

ISLAM

L’épisode du voyage nocturne et de l’ascension

Le Prophète (sur lui la paix) fit le voyage nocturne corps et âme, de la Sainte mosquée à Jérusalem, monté sur Al-Bourak et en compagnie de Jibril

Alors que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) traversait une telle étape où son appel se passait entre la réussite et persécution et où les étoiles de l’espoir commençaient à apparaître à l’horizon, s’ouvrit l’épisode du voyage nocturne et de l’ascension.

Selon Ibn Al-Qayyim, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) fit le voyage nocturne corps et âme, de la Sainte mosquée à Jérusalem, monté sur Al-Bourak et en compagnie de Jibril (paix et salut sur eux ).

[divider]

Adam, Yahyâ ibn Zakariya, Isâ ibn Mariam, Youssouf, Hâroun ibn Imran, Moussâ ibn Imran et Ibrahim (paix et bénédictions sur eux)

Il descendit à Jérusalem, dirigea la prière des Prophètes, alors qu’Al-Bourak restait attaché à la porte de la mosquée. Ensuite, on le fit monter la nuit même, de Jérusalem au ciel le plus proche. Arrivé au premier ciel, Jibril demanda qu’on lui ouvrît la porte. Celle-ci lui fut ouverte. Il vit Adam, le père des hommes. Alors, il le salua et celui-ci lui souhaita la bienvenue, lui rendit le salut et reconnut sa prophétie.

Allah montra ensuite à son Messager l’esprit des martyrs à sa droite et celui des méchants à sa gauche. Ensuite, on le fit monter au deuxième ciel Jibril demanda qu’on lui ouvrît la porte. Là, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) trouva Yahyâ ibn Zakariya et Isâ ibn Mariam, les rencontra et les salua. Ceux-ci lui rendirent le salut, lui souhaitèrent la bienvenue et reconnurent sa prophétie.

Ensuite, on le fit monter au troisième ciel ou il trouva Youssouf et le salue. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie. Ensuite on le fit monter au quatrième ciel ou il trouva Idris et la salua. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie. Ensuite, on le fit monter au cinquième ciel ou il trouva Hâroun ibn Imran et le salua. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie.

Ensuite in le fit monter au sixième ciel ou il rencontra Moussâ ibn Imran et le saluat. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie.

Lorsqu’il eut dépassé Moussa, celui-ci pleura. Il lui demanda: « Pourquoi pleures-tu ? » Moussâ répondit: « Je pleure parce qu’on a, après moi, envoyé un jeune dont le peuple comportera plus que le mien, un nombre d’entrants au paradis ».

israEnsuite, on le fit monter au septième ciel ou il rencontra Ibrahim (paix sur lui) et le salua. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie. Ensuite, on le fit monter vers le jujubier Céleste et après, vers Al-Bayt Al-Maamour.

Ensuite on le fit monter vers le tout puissant duquel il s’approcha alors au point de n’en être séparé que par la longueur de deux arcs au moins. Allah lui révéla ce qu’il lui révéla et lui imposa cinquante prières.

En s’en retournant, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) passa devant Moussâ qui lui demanda: « Que t’a-t-Il ordonné de faire? » il répondit: « Cinquante prières », Moussâ reprit; « Ton peuple ne supportera pas cela ! Retourne auprès de ton seigneur et demande-lui de réduire cela pour ton peuple ! »

Le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) se retourna vers Jibril, comme pour lui demander son avis. Celui-ci fit un signe voulant dire: « Oui, si tu veux », et ensuite le fît monter jusqu’au Tout Puissant qui était à sa place – selon la formulation d’Al-Boukhari à certains égards- Allah réduit dix prières des cinquante. Le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) redescendit, passa devant Moussâ et l’informa.

« J’ai honte de mon Seigneur. Je me contente des cinqs. »

Celui-ci lui dit: « Retourne à ton seigneur et demande-lui de réduire encore ». Ainsi, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ne cessa de faire la navette entre Moussâ et Allah le Tout-Puissant jusqu’à ce qu’il ne restât que cinq prières. Moussâ lui conseilla de retourner demander une réduction mais Il (Alayhi Salat Wa Salam) dit : « J’ai honte de mon Seigneur. Je me contente des cinqs. ». 

Lorsqu’il se fut éloigné quelqu’un appela et dit: « J’ai imposé mon obligation et soulagé mes serviteurs »

La célébration de la nuit de l’Isrâ (voyage nocturne) et du Mi’râj (l’ascension) pendant le mois de rajab

La nuit, où se produit l’Isrâ et le Mi’râj, ne fut pas déterminée dans les hadiths authentiques, ni pendant le mois de rajab et n’importe quel autre mois d’ailleurs. Cependant selon les savants du hadith, tout ce qui a été rapporté à ce sujet n’a pas été authentifié comme étant la parole du Prophète (sur lui la paix). La sagesse parfaite appartient à Allah qui a effacé des mémoires des gens toute trace de sa date. Par ailleurs, même si sa date était réellement déterminée, il serait interdit aux musulmans de la distinguer par n’importe quelle adoration. Et il leur serait interdit d’y célébrer une fête. Ceci, car le Prophète (sur lui la paix) et ses compagnons (qu’Allah les agrée) ne l’ont jamais fait et ne l’ont pas distinguée par quelque acte de dévotion.

Si la célébration de cette nuit était une chose permise, le Messager (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) l’aurait enseignée à la communauté, soit par la parole ou par l’action. Effectivement, si une telle chose avait eu lieu, elle aurait été connue et réputée et les compagnons nous l’auraient transmise. Car, ils ont transmis de leur Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) tout ce dont la communauté a besoin. Ils n’ont jamais été négligents au sujet de la religion, mais bien au contraire, ils étaient les premiers à faire le bien. Si la célébration de cette nuit était permise, ils auraient été les premiers à l’observer. Il faut comprendre que le Prophète (sur lui la paix) fut le meilleur conseilleur pour les gens qu’ait connus l’humanité. Il a, bel et bien, accompli sa mission et a parfaitement rendu tout ce qui lui été dû (il a transmis le message avec toute sincérité).

Sources :  Pr Safi Ar-Rahman al-Moubarakfouri

Révisé par l’association Aux Sources de l’Islam

En haut