Connectez-vous avec nous

Le Journal du Musulman

ACTUALITÉ

Privée d’emploi parce que voilée, une musulmane gagne son procès

La Cour a tranché en faveur d’une musulmane voilée ayant porté plainte après s’être vue refuser un emploi dans une boutique parce qu’elle portait le hijab.

La Cour suprême des États-Unis a tranché lundi en faveur d’une musulmane voilée ayant porté plainte après s’être vue refuser un emploi dans une boutique de la marque Abercrombie & Fitch parce qu’elle portait le hijab.

Dans une décision quasi unanime, tribunal a voté à une majorité de 8 contre 1 pour l’EEOC (Equal Employment Opportunity Commission), l’agence fédérale qui poursuivait le groupe de prêt-à-porter.

Samantha Elauf postulait en 2008 pour un emploi de vendeuse dans un magasin Abercrombie Kids à Tusla, en Oklahoma. La boutique avait refusé de la recruter en déclarant que le hijab, qui couvre les cheveux, allait à l’encontre de la politique vestimentaire imposée aux vendeurs de la marque pour coller au style des étudiants.

La discrimination religieuse à l’embauche n’est pas tolérable, même quand le postulant ne fait pas explicitement une demande d’aménagement du règlement, a estimé la Haute Cour. Un employeur ne « peut pas faire de la pratique religieuse d’un postulant, qu’elle soit confirmée ou pas, un facteur d’embauche », a-t-elle poursuivi.

La plainte, à laquelle s’étaient joints des groupes musulmans, chrétiens, juifs et sikhs, s’appuyait sur la loi sur les droits civiques de 1964, qui interdit la discrimination à l’emploi en raison des convictions et pratiques religieuses.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

Twitter

En haut

INCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

Recevez les dates du calendrier musulman par mail