Connectez-vous avec nous

Le Journal du Musulman

humanitaire

ACTUALITÉ

L’humanitaire Moussa enfin libre de rentrer chez lui (Vidéo)

Après plusieurs mois de détention et de liberté conditionnelle, l’humanitaire Moussa Ibn Yacoub est libre de rentrer chez lui

Après plusieurs mois de détention et de liberté conditionnelle, l’humanitaire Moussa Ibn Yacoub, qui était parti au Bangladesh pour l’ONG musulmane Baraka City et y avait été emprisonné pour «activités suspectes», est libre de rentrer chez lui, en Seine-Saint-Denis.

« A très bientôt en France » : Moussa Ibn Yacoub, qui était parti au Bangladesh pour l’ONG musulmane Baraka City et y a été emprisonné pour « activités suspectes », annonce être libre de rentrer chez lui, en Seine-Saint-Denis.

Dans une vidéo publiée sur la page Facebook de son comité de soutien, l’humanitaire de 28 ans remercie ses soutiens : « Après huit mois passés ici je suis encore debout et grâce à vous », dit-il, « énormément ému ».

« Je vous dis à très bientôt en France et j’espère qu’on sera encore nombreux à continuer à œuvrer pour les démunis », ajoute-t-il

Message de l’humanitaire Moussa

C’est avec émotion que je quitte le tribunal de Cox Bazar ce matin.
Je suis enfin LIBRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Suite à l’absence d’éléments sérieux dans mon dossier, le juge abandonne les poursuites à mon encontre,
mettant fin à plus de 215 jours de détention (7 mois et 2 jours).
Je ne saurais vous décrire l’émotion qui me gagne au moment où j’écris ces quelques lignes.
En vérité, on comprend mieux la valeur d’une chose qu’après l’avoir perdue. Et elle devient encore plus grande le jour où on la retrouve.
C’est ainsi j’ai appris le sens du mot liberté, et à quelle point il est fondamental.
Il s’agit de la possibilité d’agir en fonction de ses propres choix, de son histoire, sans contraintes extérieurs.
Au nom de la liberté, les Hommes se battent, se mobilisent pour briser les chaînes qui les
contraignent, ou qui contraignent un individu à l’autre bout du monde que l’on ne connait pas
mais en qui on se reconnait. Et si je suis là aujourd’hui, libre, c’est avant tout par la grâce
de Dieu, et suite à votre soutien et votre mobilisation.
Je n’oublie pas ce peuple que j’ai défendu au prix de ma liberté, les rohyngias, car eux l’ont perdu depuis des décennies.
Je continuerai à me battre pour eux, car « l’homme libre est avant tout celui qui n’a pas peur d’aller au bout de ses idées ».
Les louanges reviennent à Dieu

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

Twitter

En haut

INCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

Recevez les dates du calendrier musulman par mail