Connectez-vous avec nous

Le Journal du Musulman

imam pleure humilié

ACTUALITÉ

Le témoignage choquant d’un imam qui n’a pu retenir ses larmes : « La honte me poursuivra toute ma vie »

Le témoignage choquant d’un imam qui n’a pu retenir ses larmes :  » La honte me poursuivra toute ma vie ».

Il s’appelle Najar, a 55 ans, et est imam à Gaza. Un homme respecté et aimé de tous. Après un long silence dû au traumatisme que lui ont causé, le 22 juillet, des soldats israéliens, il a fini par se confier à Mohammed Omer, un journaliste palestino-néerlandais basé à Gaza. Un témoignage choquant au cours duquel Najjar n’a pu retenir ses larmes et qu’il conclura par ces mots:

« Quoi qu’il arrive, je ne pourrai jamais oublier cette humiliation. La honte me poursuivra toute ma vie ».

Des mots terribles. De ceux que tiennent les personnes violées dans leur intimité et qui ressortent brisées, annihilées, d’une indignité qui ne leur appartient et leur laissera pourtant un insoutenable et irrépressible sentiment de honte, comme Najjar le dit lui-même. Cette honte qui ronge les victimes sans atteindre les bourreaux.

Ce jour-là, les bombes pleuvent quand, à travers les explosions et les cris de terreur, Najjar perçoit des sifflements de tirs. Des tirs qui ciblent sa demeure, viennent s’échouer dans un bruit sourd contre la façade de sa maison, désormais criblée de trous. Des tirs qui résonneront sûrement encore longtemps dans sa tête comme autant de préludes à la violence qu’il allait bientôt vivre. Une violence telle que, rapportera Mohammed Omar, si « Najjar pleure maintenant les plus de 2.000 morts et se désole pour les centaines de milliers de personnes qui n’ont plus de maisons, (…) ce ne sont pas la brutalité et les destructions qui l’ont le plus marqué ». C’est cet innommable viol de sa dignité qui a achevé de le détruire. Il est, à ce moment-là, avec sa femme et ses enfants, terrifiés.

« Nous avons crié que nous étions des civils. Mais ils ont continué à tirer », confiera à Mohammed Omer Najjar qui, voyant que les tirs ne cessaient pas, criera encore, en hébreu: « Nous sommes des civils, il y a des enfants et des bébés avec nous et nous n’avons pas de lait ni de médicaments ».

Compassion ?

Mais quelle compassion y avait-il à attendre de soldats qui, depuis le début de ces frappes israéliennes, s’attaquent justement et surtout aux civils ? Loin de reculer, les soldats ont intimé à Najjar et ses proches de sortir «un par un» :

«Dehors, les soldats ont ordonné à tout le monde de se coucher par terre – les femmes et les enfants d’un côté et les hommes de l’autre – et ont amené d’autres femmes du voisinage au coin de la rue», rapporte le journaliste.

Suite à quoi, « devant toutes ces femmes ils m’ont forcé, à la pointe du fusil, à me mettre tout nu », lui confiera l’imam avant d’ajouter, cédant à la montée des larmes:

« Je suis un homme respecté, et me retrouver tout nu devant tout le monde est ce qui m’est arrivé de plus humiliant de toute ma vie.»

Les autres hommes en présence ont subi le même sort et ont été, comme lui, contraints de se déshabiller et de se tenir ainsi nus et les bras écartés sous les yeux des leurs.

Suite de l’article le 360.ma

2 commentaires

2 Comments

  1. Hakima

    24 août 2014 at 15 h 53 min

    Lahula wala qwuta illah billah

  2. yass

    11 septembre 2014 at 11 h 59 min

    la ilaha ilalah quelle humilliation qu Allah nous pardonne et les viennent en aide amine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook

Twitter

En haut

INCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

Recevez les dates du calendrier musulman par mail