Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

La sécheresse menace la sécurité alimentaire en Tunisie

Actualité

Tunisie : La sécheresse menace la sécurité alimentaire

la Tunisie subit un sévère déficit pluviométrique et une baisse alarmante des réserves en eau

La situation est très dangereuse à cause des années de sécheresse continue“, a déclaré Hammadi Habib, un responsable du ministère de l’Agriculture

Précipitations au cinquième de la normale depuis septembre en Tunisie
www.aa.com.tr

 Trois années de sécheresse ont asséché les réservoirs tunisiens, menaçant des récoltes essentielles à l’économie malmenée de ce pays d’Afrique du Nord et poussant le gouvernement à augmenter les prix de l’eau du robinet pour les foyers et les entreprises.
Depuis septembre, seuls 110 millions de mètres cubes de pluie sont tombés en Tunisie, soit environ un cinquième du taux normal, et les responsables du syndicat des agriculteurs et du principal syndicat préviennent que les cultures céréalières en souffriront, ce qui aggravera les problèmes existants d’approvisionnement alimentaire.
La situation est très dangereuse à cause des années de sécheresse continue“, a déclaré Hammadi Habib, un responsable du ministère de l’Agriculture. “Les barrages ne sont qu’à 25% de leur capacité et certains barrages n’ont que 10%“, a-t-il ajouté.
Alors que le changement climatique s’est accéléré, apportant une chaleur torride dans la région méditerranéenne ces derniers étés, les pluies hivernales ont diminué à plusieurs reprises en Afrique du Nord, causant des problèmes pour l’agriculture du Maroc à la Tunisie.
Au barrage de Sidi El Barrak à Nafza, à 140 km à l’ouest de la capitale Tunis, le sol sec derrière un barrage est fissuré, avec des arbres qui meurent lentement – le résultat d’un autre manque de précipitations.
Les barrages vides à travers les collines fertiles du nord et les plaines de l’est alarment les agriculteurs qui produisent des cultures d’olives et de blé qui faisaient autrefois de la Tunisie un grenier à blé pour le monde antique. L’huile d’olive reste l’exportation la plus importante du pays.
Dans la région rurale de Siliana, l’agriculteur Hatem Nafroudi remplissait son camion-citerne d’eau provenant d’un barrage épuisé, la confusion et la tristesse sur le visage.
« Je n’ai pas l’habitude d’arroser les amandiers et les oliviers en hiver. Mais à cause de cette sécheresse, je suis là », a-t-il déclaré, déplorant ce qu’il a appelé la pire saison de précipitations depuis des décennies.
La Tunisie a déjà des problèmes d’approvisionnement alimentaire en raison des prix mondiaux élevés et des propres difficultés financières du gouvernement, qui ont réduit sa capacité à acheter des aliments importés et à subventionner les fermes nationales.
La sécheresse a fait grimper les prix du fourrage, contribuant à une crise pour l’industrie laitière tunisienne alors que les agriculteurs vendent des troupeaux qu’ils ne peuvent plus se permettre de garder, laissant les rayons des supermarchés vides de lait et de beurre.

URGENCE EAU

Alors que le gouvernement essaie de donner la priorité aux céréales de base et aux cultures d’exportation, il a exhorté les agriculteurs à cesser d’irriguer les champs de légumes avec l’eau des barrages.
Dans une autre mesure urgente, les autorités ont également, dans certains cas, limité l’approvisionnement des fermes pour s’assurer qu’il y aura suffisamment d’eau potable pour les foyers et les entreprises.
Alors qu’il est aux prises avec ses propres problèmes budgétaires et la nécessité de réduire toute consommation excessive, le gouvernement a augmenté les prix de l’eau sur une échelle mobile avec des augmentations plus importantes pour les utilisateurs les plus lourds et les secteurs économiques les plus riches.
Toutes ces mesures ont fait grimper les prix des légumes, ajoutant à l’inflation de plus de 10% le mois dernier qui suscite la colère du public contre le président Kais Saied et le gouvernement qu’il a nommé après avoir pris la plupart des pouvoirs en 2021. “d’urgence de l’eau“, a déclaré Radhia Smine de l’Observatoire tunisien de l’eau.
« Si nous restons silencieux, nous atteindrons l’état de soif. Des milliers de familles manqueront d’eau potable », a-t-elle ajouté.
Le ministre de l’Economie, Samir Saeed, a déclaré la semaine dernière à Reuters que la Tunisie préparait des études pour de nouveaux barrages et usines de dessalement d’eau de mer à développer entre 2023 et 25.
Les responsables envisagent également un rationnement plus poussé.
Si nous ne prenons pas de décisions en janvier pour réduire l’eau d’irrigation et rationner l’utilisation de l’eau maintenant pour donner la priorité à l’eau potable… alors il est certain qu’en août nous n’aurons pas d’eau potable dans la capitale ou les régions côtières“, a déclaré Habib, le ministère de l’Agriculture. officiel.

En haut