Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Des djihadistes ont attaqué une unité militaire dans l'ouest du pays et ont tué une dizaine de soldats d'après le gouvernement le 22 novembre dernier

Actualité

Tchad : 10 Soldats ont été tués par Boko haram

Des djihadistes ont attaqué une unité militaire dans l’ouest du pays et ont tué une dizaine de soldats d’après le gouvernement le 22 novembre dernier

Depuis des années, des troupes Tchadiennes et d’autres armées régionales combattent les groupes terroristes “Boko Haram”

Armée Tchadienne, combattant le groupe armé terroriste de Boko Haram
theeastafrican.co.ke

L’attaque a eu lieu près de Ngouboua dans la région du lac Tchad, une vaste région marécageuse partagée par le Tchad, le Niger, le Cameroun et le Nigeria qui a été battue par Boko Haram et le groupe armé État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP).

L’unité avait été envoyée pour aider à établir une position avancée sur l’île de Bouka-Toullorom lorsqu’elle a été “attaquée par des éléments de la secte Boko Haram“, a déclaré mardi le porte-parole présidentiel Brah Mahamat dans un communiqué.

La dizaine de morts et les blessés sont des membres des forces de défense.

Mais un officier de l’armée, s’adressant à l’agence de presse AFP sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’environ 30″ soldats avaient été tués et que les assaillants s’étaient enfuis avec leur équipement, y compris des armes lourdes. Il a indiqué que 150 soldats avaient été envoyés à Bouka-Toullorom sur ordre du président Mahamat Idriss Deby Itno et qu’ils venaient juste de prendre position sur l’île.

Le média d’État français Radio France Internationale (RFI) a également rapporté « qu’entre 20 et 40 soldats tchadiens ont été tués » et plusieurs sont portés disparus. RFI a indiqué qu’au moins quatre civils ont également été tués.

“Menace réelle”

Le soulèvement armé de Boko Haram, qui a éclaté dans le nord-est du Nigeria en 2009, a tué des dizaines de milliers de personnes. Plus de 350 000 selon certains chiffres et contraint des millions de personnes à fuir leur foyer.

En 2014, Boko Haram s’est emparé d’îles dans le marais et a commencé à les utiliser comme refuges. En 2020, la plupart de ces îles ont été reprises par l’ISWAP, qui s’était séparé de Boko Haram.

Depuis avril 2021, le Tchad est dirigé depuis par le général Deby, 38 ans. Il a pris la relève après la mort de son père, le président Idriss Deby Itno, qui a régné d’une main de fer pendant 30 ans lors d’une opération contre les rebelles dans le nord du pays.

Lors d’une visite dans la région du lac Tchad au début du mois, Deby a déclaré que les combattants religieux armés “n’avaient plus la force de frapper des bases” et qu’en conséquence ils concentraient leurs attaques sur la population civile.

En juin, une force de quatre nations mise en place par les pays du lac Tchad en 1994 et réactivée en 2015 a déclaré avoir mené une campagne de deux mois qui avait tué plus de 800 combattants armés.

Avant mardi, la dernière attaque dans la région remonte au mois d’août, lorsque deux soldats ont été tués.

La plus grande perte d’une journée de l’armée tchadienne a eu lieu lorsque Boko Haram a tué 92 soldats et en a blessé 47 autres en mars 2020.

Mahamat, dans sa déclaration, a déclaré que la dernière attaque “confirme que le ténébreux Boko Haram a toujours une présence active dans le bassin du lac Tchad”.

Le communiqué a réitéré le “ferme engagement du Tchad à mettre le terrorisme au Tchad et dans la sous-région hors de danger“.

Mais il a ajouté que le Tchad “appelle également la communauté internationale à être pleinement consciente de cette menace réelle et à agir de manière appropriée“.

Le gouvernement s’est engagé à plus que doubler la taille de son armée d’ici la fin de 2022 pour faire face aux défis sécuritaires, y compris les menaces de combattants liés à al-Qaïda et au groupe ISIL (ISIS).

En haut