Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Actualité

L’intérêt particulier du nouveau roi pour l’Islam

La tolérance et l’ouverture d’esprit de l’héritier du trône. Défenseur de la foi qu’il est, le nouveau roi respecte toutes les croyances

Charle III, nouveau roi du Royaume uni.

Émerveillé par la culture arabe, le roi a exprimé publiquement son admiration pour l’islam en tant que religion et les communautés musulmanes tant en Grande-Bretagne qu’à l’étranger.

Bien qu’il ne soit pas inhabituel qu’un monarque tolérant soit poli et respectueux de toutes les religions pratiquées dans son pays. On pourrait dire que c’est simplement de la bonne politique .

Le nouveau roi est allé beaucoup plus loin que cela à une époque d’islamophobie trop courante. En ce qui concerne les communautés musulmanes du monde entier. Il a clairement déclaré lors d’un discours célèbre en 1993 :

Car ce qui relie nos deux mondes est tellement plus puissant que ce qui nous divise. Les musulmans, les chrétiens et les juifs sont tous des “peuples du Livre“.

En privé, il a montré beaucoup de sympathie pour les pays musulmans ayant des politiques difficiles, en Europe et dans le monde. Le récent Charles at Seventy de Robert Jobson affirme que le roi a des sympathies importantes pour les Palestiniens vivant sous occupation israélienne, par exemple. On prétend également qu’il n’était pas d’accord avec les restrictions vestimentaires imposées aux femmes musulmanes dans divers pays européens.

D’ailleurs présentement au Royaume-Uni, les femmes musulmanes sont libres de porter des tenues intégrales conformes à l’Islam. Contrairement qu’en France où elles le sont beaucoup moins.

De plus, en 2007, il a fondé Mosaic, qui propose des programmes de mentorat pour les jeunes musulmans à travers le Royaume-Uni. Il est également devenu le patron du Centre d’études islamiques d’Oxford, où il a prononcé son discours le plus célèbre, “L’islam et l’Occident” en 1993. En tant que prince il a également fait l’éloge de Martin Lings , un converti musulman anglais et expert de Shakespeare, pour son travail sur l’islam, écrivant une préface à l’un des livres de Lings. Son intérêt pour les communautés musulmanes britanniques est assez évident.

Cet intérêt est également clair dans ses opinions sur les communautés musulmanes du passé et leurs contributions à la civilisation occidentale. Dans ce discours oxonien de 1993 , il notait que « Cordoue au Xe siècle était de loin la ville la plus civilisée d’Europe », faisant référence à la ville espagnole alors sous domination musulmane. “On dit que les 400 000 volumes de la bibliothèque de son souverain représentaient plus de livres que toutes les bibliothèques du reste de l’Europe réunies… S’il y a beaucoup d’incompréhension en Occident sur la nature de l’islam, il y a aussi beaucoup d’ignorance sur la dette que notre propre culture et civilisation doit au monde islamique.

Après avoir visité la mosquée al-Azhar du Caire, le prince a souligné son engagement en faveur de l’harmonie interconfessionnelle dans un discours prononcé à l’université al-Azhar.

Il a déclaré : « Je crois de tout mon cœur que les hommes et les femmes responsables doivent travailler à restaurer le respect mutuel entre les religions, et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour surmonter la méfiance qui empoisonne la vie de nombreuses personnes ».

À l’instar de sa mère, décédée le jeudi 8 septembre dernier, Charles s’est toujours consacré à l’œcuménisme et à la promotion de l’harmonie entre les religions.

Devenu roi, Charles III hérite désormais du rôle de la reine Élisabeth II en tant que gouverneur suprême de l’Église d’Angleterre, et du titre de défenseur de la foi – et, comme elle avant lui, il a toujours fait savoir qu’il considérait que ce rôle était mieux défini comme défenseur de toutes les croyances.

Lors d’une interview à la BBC en 2015, il avait déclaré : ” Il m’a toujours semblé que, tout en étant défenseur de la foi, on peut aussi être protecteur des croyances.”

 L’Église a le devoir de protéger la libre pratique de toutes les croyances dans ce pays. »

Avec plus de 3 millions de musulmans au Royaume-Uni, l’islam est la deuxième plus grande religion du pays, et l’intérêt de Charles pour cette religion est bien connu.

Aussi lorsqu’il a pris la parole à Al-Azhar en Égypte, la principale université d’enseignement islamique, en 2006, il a noté : “ nous, en Occident, sommes redevables aux érudits de l’islam, car c’est grâce à eux que pendant l’âge des ténèbres en Europe, les trésors de l’apprentissage classique ont été maintenus en vie.

Il y a près de 30 ans, le prince Charles de l’époque déclarait qu’il voulait être un « défenseur de la foi », plutôt que simplement un « défenseur de la foi », afin de refléter la diversité religieuse croissante de la Grande-Bretagne. Cela a créé un peu de tempête dans une tasse de thé, car il n’avait clairement pas voulu dire qu’il changerait le rôle traditionnel autant qu’il en ajouterait. Le nouveau roi est un type particulier d’anglican : celui qui, d’une part, est incroyablement lié à la notion de tradition ; mais d’autre part, il a montré beaucoup d’affinité à la fois pour le christianisme orthodoxe oriental et pour l’islam, deux religions clairement en dehors du giron anglican qu’il doit maintenant diriger en titre.

En ce qui concerne la tradition, le roi a au fil des ans mentionné à plusieurs reprises René Guénon , qui a inspiré plusieurs mouvements différents (bien que souvent contradictoires) critiques des excès de la modernité, cherchant à redécouvrir la métaphysique à une époque laïque. Alors que Guénon était un français converti à l’islam, une grande partie de son analyse a été reprise philosophiquement par des non-musulmans à la recherche d’une appréciation de la modernité enracinée dans la métaphysique et la tradition ; le nouveau roi est probablement le plus célèbre d’entre eux.

Au-delà de ces questions ésotériques, le roi a exprimé publiquement son admiration pour l’islam en tant que religion et les communautés musulmanes, tant en Grande-Bretagne qu’à l’étranger.

Une grande partie de cela est inhabituel de la part de personnalités publiques de la vie publique britannique, européenne et occidentale. Mais Charles est plus atypique d’une autre manière : son insistance sur le fait que l’Islam, en tant que religion, a quelque chose à offrir à l’Occident aujourd’hui. Dans un discours, il a noté : ” L’islam peut nous enseigner aujourd’hui une manière de comprendre et de vivre le monde que le christianisme lui-même est le plus pauvre d’avoir perdu. Au cœur de l’islam se trouve la préservation d’une vision intégrale de l’univers.

À une époque où l’islam et les musulmans sont si souvent vilipendés à travers l’Occident, le nouveau monarque britannique non seulement respecte et responsabilise les communautés musulmanes, il ne parle pas seulement poliment et courtoisement de leur religion, il soutient également que l’Occident a besoin de l’islam ici et à présent. Il ne semble pas y avoir de parallèle chez aucune autre personnalité politique occidentale.

Bien sûr, ce qu’un prince pourrait dire, et ce qu’un roi pourrait être capable de faire, sont deux choses très différentes. Mais à mesure que la Grande-Bretagne s’habituera à son nouveau souverain, le monde s’habituera également à un chef d’État occidental qui voit l’islam sous un tout autre jour que les vagues de populisme à travers l’Europe et l’Amérique du Nord.

En haut