Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Actualité

Libye : 73 personnes sont présumées mortes dans un naufrage

Des migrants et réfugiés à destination de l’Europe sont portés disparus et présumés morts à la suite d’un naufrage au large des côtes Libyennes, a annoncé l’agence des Nations Unies pour les migrations

Sept personnes ont survécu et ont atteint les côtes libyennes dans “des conditions extrêmement difficiles“, a déclaré l’ONU

Des migrants et réfugiés à destination de l'Europe sont portés disparus et présumés morts à la suite d'un naufrage au large de la Libye, a annoncé l'agence des Nations Unies pour les migrations
apimagesblog.com

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré sur Twitter que les autorités libyennes avaient récupéré au moins 11 corps de l’épave, ce qui s’est produit mardi.

Sept personnes ont survécu et ont atteint les côtes libyennes dans “des conditions extrêmement difficiles“, a déclaré l’ONU, ajoutant qu’elles avaient été emmenées à l’hôpital.

Le naufrage de mardi était la dernière tragédie maritime en Méditerranée centrale, une route clé pour les migrants.

IOM Libya – Twitter.

Selon le projet Missing Migrants de l’OIM, 25 821 migrants et réfugiés ont disparu en Méditerranée depuis 2014.

La Libye est devenue ces dernières années le principal point de transit pour les réfugiés et les demandeurs d’asile d’Afrique et du Moyen-Orient qui tentent de se rendre en Europe.

Un accord controversé sur les migrations entre l’Italie et la Libye a été automatiquement renouvelé au début du mois pour une période de trois ans, au milieu des avertissements des organisations humanitaires selon lesquels cela pourrait rendre Rome et l’Union européenne complices de crimes contre l’humanité.

Human Rights Watch (HRW) a averti que “l’assistance aux garde-côtes libyens, sachant que cela facilitera le retour de milliers de personnes vers de graves violations des droits humains, rend l’Italie et l’Union européenne complices de tels crimes“.

Depuis le 29 janvier, au moins 531 migrants et réfugiés ont été interceptés par les soi-disant garde-côtes libyens et renvoyés dans ce pays d’Afrique du Nord déchiré par la guerre, selon l’OIM.

La Libye, riche en pétrole, a plongé dans le chaos à la suite d’un soulèvement soutenu par l’OTAN qui a renversé et tué le dirigeant de longue date Mouammar Kadhafi en 2011.

Un rapport de juin 2022 de la Mission d’enquête indépendante des Nations Unies sur la Libye a révélé que les migrants et les réfugiés étaient confrontés à « des meurtres, des disparitions forcées, des tortures, des réductions en esclavage, des violences sexuelles, des viols et d’autres actes inhumains… en rapport avec leur détention arbitraire ».

En septembre 2022, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a conclu que les crimes contre les migrants et les réfugiés en Libye « peuvent constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre ».

Plus dans Actualité

En haut