Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Les conséquences du changement climatique sur le Pakistan

Actualité

Pakistan : Crise alimentaire

Insécurité alimentaire au Pakistan. Le pays subit les effets du changement climatique

Touché par les inondations dernièrement, des milliers d’hectares de cultures vivrières sont détruites

Insécurité alimentaire au Pakistan, ce sont les effets des inondations qui ont dernièrement frappé le pays.
Insécurité alimentaire au Pakistan.

Source image : Yandex.com

Les inondations catastrophiques au Pakistan ont poussé le pays au bord du gouffre. Ces inondations font suite à la pandémie de COVID-19, à la hausse de l’inflation et à la vague de chaleur la plus grave que le pays ait connue depuis plus de 60 ans.

Lors de sa visite en septembre, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré qu’il n’avait « jamais vu de carnage climatique d’une telle ampleur ».

Mais la terrible réalité est que ce n’est que le début. Une autre grande crise engendrée par les inondations fait face au Pakistan : celle de l’insécurité alimentaire.

Le Pakistan a déjà certains des  niveaux de malnutrition les plus élevés au monde. Avec l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement endommagée ces dernières semaines, le pays devrait connaître une vulnérabilité accrue à la malnutrition, en particulier chez les femmes, les jeunes et les enfants.

Insécurité alimentaire au Pakistan, garantir l’accès à l’alimentation

Crise alimentaire au Pakistan.

Dans 81 districts, un total de 78 000 km2 (30 000 milles carrés) de terres agricoles ont été inondés. C’est une zone plus grande que toute la République tchèque. Plus de 80% des cultures à travers le pays ont été endommagées , selon le gouvernement. La province du Sindh, qui produit une part considérable de la nourriture du pays, est l’une des plus touchées.

Des milliers d’hectares de cultures vivrières sur pied comme le riz, les oignons, les tomates et d’autres légumes ont été détruits. Plus de 6 000 km (3 728 miles) de routes et de ponts ont été endommagés, provoquant des perturbations importantes dans le transport de la nourriture qui a survécu.

Une évaluation réalisée en septembre par l’International Rescue Committee (IRC) et ses partenaires a révélé que plus de 70 %  des personnes interrogées dans la région de Khyber Pakhtunkhwa ont déclaré avoir eu des difficultés à accéder à la nourriture, sans parler des aliments nutritifs.

Perturbation des chaînes d’approvisionnements

Les effets de la catastrophe naturelle sur le plan alimentaire, le Pakistan est au bout du gouffre.
Les effets de la catastrophe naturelle sur le plan alimentaire.

Source : yandex.com

Les Nations Unies estiment que les pertes économiques dues aux inondations s’élèvent à 40 milliards de dollars. Ceci dans un pays sous le choc d’une forte inflation, qui atteignait déjà un sommet en 14 ans de près de 25 % en juillet avant que les inondations ne frappent. C’est pire maintenant : les prix des denrées alimentaires dans les régions touchées ont triplé à quintuplé en quelques semaines seulement.

L’importation de légumes des pays voisins, notamment l’Afghanistan et l’Iran, y contribuera certainement. Cependant, le gouvernement devra réglementer strictement les prix tout au long de la chaîne d’approvisionnement, afin que la nourriture reste abordable pour tous, en particulier les plus vulnérables.

Cela ne cause pas seulement des problèmes au Pakistan, qui est le huitième producteur mondial de blé. Avec un tiers du pays sous l’eau, les retards dans l’ensemencement du blé – qui se produit normalement en novembre et décembre – semblent inévitables. Drainer les eaux de crue et rajeunir le sol va prendre plusieurs mois.

En juillet, le Pakistan a accepté de vendre 120 000 tonnes métriques de blé aux efforts d’aide du Programme alimentaire mondial en Afghanistan. Le Pakistan est également une voie de transit clé pour envoyer de la nourriture en Afghanistan. Mais les inondations ont rendu beaucoup plus difficile le transport de l’aide vers le voisin enclavé du Pakistan, a averti l’ONU en septembre. L’Afghanistan est déjà confronté à des niveaux sans précédent de famine et de pénuries alimentaires.

Reconstruction du Pakistan

Insécurité alimentaire au Pakistan.

Source : yandex.com

Au moins 33 millions de personnes ont été directement touchées par les inondations dans les zones rurales et urbaines.

Dans les régions rurales, les efforts du gouvernement doivent se concentrer sur le drainage des eaux de crue des terres agricoles pour l’ensemencement des cultures d’hiver. Cela évitera au pays de sombrer dans une crise alimentaire prolongée.

Dans les zones urbaines, le gouvernement doit contrôler les nouvelles hausses de prix causées par le coût des importations et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

De nombreux marchés informels, où les gens vendent des produits alimentaires sur des charrettes à bras ou de petits magasins construits à partir de structures en boue dans les zones à faible revenu, ont été complètement détruits, ainsi que les moyens de subsistance de ceux qui y travaillaient. Le gouvernement doit réhabiliter ces marchés, en créant de meilleures infrastructures pour les rendre plus résistants aux futures catastrophes.

Une action rapide du gouvernement sur tout cela est essentielle et elle doit commencer maintenant. 

L’Avenir incertain du Pakistan

Bien sûr, ces inondations dévastatrices ne sont que la dernière preuve de la manière dont le Pakistan et de nombreux autres pays du Sud supportent le poids de l’abus disproportionné du climat par le Nord depuis des siècles.

Les principaux donateurs doivent intervenir et répondre à l’appel conjoint de l’ONU et du gouvernement pakistanais pour 816 millions de dollars – une forte augmentation par rapport aux 160 millions de dollars initialement demandés – nécessaires pour une aide immédiate.

Mais même une fois la crise actuelle passée, les perspectives sont sombres pour mon pays. Dans le profil de pays à risque climatique 2021 de la Banque mondiale  , les projections pour le Pakistan au cours des 10 prochaines années suggèrent « une baisse des rendements de nombreuses cultures vivrières et commerciales clés, notamment le coton, le blé, la canne à sucre, le maïs et le riz ».

Ce qui est si désespérément triste, c’est que les femmes et les enfants dans des pays comme le mien sont ceux qui souffriront le plus et finiront avec le moins de nourriture dans leur assiette.

Alors que le gouvernement du Pakistan et les agences de développement tentent de rétablir la chaîne d’approvisionnement et de reconstruire les marchés alimentaires, ils doivent également se concentrer sur les filets de sécurité sociale pour ces segments de la population. Le gouvernement doit également renforcer les programmes de protection sociale existants pour répondre aux besoins nutritionnels des personnes à faible revenu.

La communauté internationale devrait également contribuer à assurer l’avenir en s’engageant à augmenter significativement son soutien pour aider les communautés à s’adapter à des climats de plus en plus extrêmes.

Le gouvernement doit veiller à ce que les fonds qu’il reçoit soient utilisés à bon escient, à la fois pour relever les défis immédiats engendrés par les inondations et pour reconstruire intelligemment lorsque nous serons inévitablement touchés par le prochain grand événement climatique.

Le Pakistan est à la croisée des chemins. Il n’a pas besoin de se noyer ou d’avoir faim.

En haut