Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Masha Amini rassemblement à saqqez 40 jours de sa mort

Actualité

Iran : Des affrontements ont éclaté après un rassemblement sur la tombe de Mahsa Amini

Des affrontements entre les forces de sécurité iraniennes et des manifestants ont été signalés dans la ville natale de Mahsa Amini, près de sa tombe après un rassemblement pour marquer les 40 jours depuis sa mort.

En hommage à la jeune femme kurde, pour marquer les 40 jours de sa mort, une grande foule se dirige vers sa ville natale Saqqez vers sa tombe.

Rassemblement vers la ville natale de Masha Amini pour marquer les 40 jours de sa mort Saqqez.

Des affrontements entre les forces de sécurité iraniennes et des manifestants ont été signalés dans la ville natale de Mahsa Amini, après que des foules se sont rassemblées près de sa tombe pour marquer 40 jours depuis sa mort en détention.

Un groupe de défense des droits kurdes a déclaré que le personnel de sécurité avait tiré à balles réelles et des gaz lacrymogènes sur la place Zindan de Saqqez.

L’agence de presse semi-officielle Isna a rapporté un affrontement à la périphérie de la ville.

Plus tôt, des milliers de personnes en deuil au cimetière d’Aichi ont crié “Femme, vie, liberté” et “Mort au dictateur”.

Ce sont deux des chants emblématiques des troubles antigouvernementaux qui ont balayé l’Iran depuis la mort de Mme Amini.

La jeune femme kurde de 22 ans a été arrêtée par la police des mœurs de la capitale, Téhéran, le 13 septembre pour avoir prétendument porté son hijab “de manière inappropriée”.

Elle est tombée dans le coma après s’être effondrée dans un centre de détention et est décédée trois jours plus tard. Selon certaines informations, des policiers l’ont frappée à la tête avec une matraque et lui ont cogné la tête contre un véhicule, mais la police a nié qu’elle ait été maltraitée et a déclaré qu’elle avait subi une crise cardiaque.

De nombreux Iraniens étaient furieux et les premières manifestations ont eu lieu après les funérailles de Mme Amini à Saqqez, lorsque des femmes ont arraché leur foulard par solidarité. Les protestations se sont propagées rapidement et sont devenues l’un des défis les plus sérieux lancés à la République islamique depuis la révolution de 1979.

Les femmes ont été au premier plan, agitant avec défi leur foulard dans les airs, y mettant le feu et même se coupant les cheveux en public.

Les écolières ont également manifesté dans les cours de récréation et dans les rues dans une manifestation de soutien sans précédent.

Iran Human Rights, basé en Norvège, affirme qu’au moins 234 manifestants, dont 29 enfants, ont été tués par les forces de sécurité lors d’une violente répression contre ce que les dirigeants iraniens ont décrit comme des “émeutes” fomentées par des ennemis étrangers.

La police anti-émeute et les membres de la Force de résistance paramilitaire Basij auraient été déployés en grand nombre à Saqqez et dans d’autres parties de la province du Kurdistan mercredi, en prévision de nouveaux troubles le 40e jour de deuil de Mme Amini – une occasion culturellement importante pour les Iraniens.

Rassemblement vers la ville natale de Masha Amini pour marquer les 40 jours de sa mort Saqqez.

 Les militants ont déclaré que les forces de sécurité les avaient avertis de ne pas organiser de cérémonie de deuil et avaient menacé la sécurité de leur fils.

L’agence de presse d’État Irna, quant à elle, a cité ce qu’elle prétendait être une déclaration de la famille disant qu’elle n’organiserait pas d’événement afin d’éviter des “problèmes malheureux”. Mais une source proche de la famille a déclaré à la BBC qu’ils n’avaient pas écrit un tel message.

Le gouverneur du Kurdistan, Esmail Zarei Koosha, a déclaré que la situation à Saqqez était calme mercredi matin et a nié que les routes aient été fermées.

“L’ennemi et ses médias… tentent d’utiliser le 40e anniversaire de la mort de Mahsa Amini comme prétexte pour provoquer de nouvelles tensions, mais heureusement, la situation dans la province est complètement stable”, a-t-il déclaré, cité par Irna.

Un nombre limité de personnes présentes au mémorial de Mahsa Amini se sont heurtées aux forces de police à la périphérie de Saqqez et ont été dispersées. Aussi le service Internet local avait été coupé “en raison des conditions de sécurité.

Les autorités ont fermé toutes les écoles et universités de la province “à cause d’une vague de grippe”, selon les médias d’Etat.

Le collectif d’activistes de l’opposition 1500tasvir a déclaré que des manifestations avaient également eu lieu mercredi au Grand Bazar de Téhéran, ainsi que dans les universités de Téhéran, la ville de Mashhad, dans le nord-est, et à Ahvaz, dans le sud-ouest.

Une vidéo semble également montrer que les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes à l’intérieur de l’école pour filles d’Amirabad à Téhéran en réponse à une manifestation d’étudiants.

En haut