Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Actualité

Irak : Le premier ministre irakien convoque le banquier central

Le Premier ministre irakien a convoqué mardi le gouverneur de la banque centrale au milieu des inquiétudes suscitées par une baisse de la monnaie par rapport au dollar, les législateurs appelant à une session extraordinaire du Parlement.

Al arabiya

Un dollar américain s’échangeait mardi à 1 580 dinars irakiens dans la rue, contre un taux de la banque centrale à hauteur de 1 470 dinars, a rapporté l’agence de presse officielle INA. La baisse, qui a commencé il y a environ deux semaines, a déclenché l’alarme dans les médias du pays réputé pour son pétrole et mardi, le Premier ministre, Mohammed Shia al-Sudani a rencontré le gouverneur de la banque centrale pour discuter de la question.

La banque centrale a imputé la crise aux “pressions temporaires” provoquées par “l’adoption de nouveaux mécanismes pour protéger le secteur bancaire, les clients et le système financier”. L’Association irakienne des banques privées a déclaré que le taux avait augmenté à la suite de changements apportés au “mécanisme” des ventes de devises étrangères en raison des exigences internationales.

Le gouvernement a cherché à apaiser les tensions, notamment en assurant un flux de dollars au taux officiel. Le conseiller du Premier ministre Muzhar Saleh a déclaré dimanche à l’INA qu’il n’y avait “aucune crainte” quant à la capacité de l’Irak à maintenir le taux de change, notant que les réserves de change étaient à “un sommet dans l’histoire financière de l’Irak”, dépassant probablement 100 milliards de dollars.

L’économiste Safwan Qusai a déclaré que la confiance dans le dinar avait été perturbée par des scandales de corruption, avec des problèmes provoqués par les restrictions du Trésor américain imposées sur les “transferts financiers vers certains pays”. La corruption, la mauvaise gestion et le népotisme sont monnaie courante en Irak, où ils ont provoqué une colère publique généralisée. L’Irak se classe près du bas de l’indice de perception de la corruption de Transparency International, à 157 sur 180 pays.

Continuer la lecture
Vous pourriez aussi aimer...
En haut