Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Khalaf Al Habtoor propose d'aider les femmes afghanes à terminer leurs études après l'interdiction de l'université talibane

Actualité

Émirats arabes unis : Khalaf Al Habtoor propose d’aider les femmes afghanes à terminer leurs études après l’interdiction de l’université talibane

Un philanthrope milliardaire des Émirats arabes unis s’est engagé à aider 100 femmes afghanes à déménager à Dubaï et à terminer leurs études dans l’émirat

Khalaf Al Habtoor, fondateur et président du groupe Al Habtoor, a proposé de travailler avec les autorités pour soutenir les étudiants afghans “loin de toute position politique”.

Khalaf Al Habtoor propose d'aider les femmes afghanes à terminer leurs études après l'interdiction de l'université talibane
yandex.com

L’un des principaux hommes d’affaires des Émirats arabes unis s’est engagé à aider 100 femmes afghanes à déménager à Dubaï et à terminer leurs études dans l’émirat, après la décision des talibans d’interdire aux femmes de fréquenter les universités du pays.

Khalaf Al Habtoor, fondateur et président du groupe Al Habtoor, a proposé de travailler avec les autorités pour soutenir les étudiants afghans “loin de toute position politique“.

Le philanthrope émirati a qualifié l’interdiction que les institutions ont été invitées mardi à mettre en œuvre dès que possible de “malheureuse et triste“.

Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont mené la condamnation de la décision, qui a déclenché un tollé international.

Priver les étudiantes de l’enseignement universitaire est malheureux et triste“, a écrit M. Al Habtoor sur les réseaux sociaux.

Par conséquent, loin de toute position politique, je suis prête, en coopération avec les autorités compétentes, à accueillir 100 étudiantes et à leur donner la possibilité de terminer leurs études dans les universités de Dubaï.

On ne sait pas encore comment les candidats éligibles peuvent postuler ou quel sera le processus de sélection.

Le groupe Al Habtoor est l’un des plus grands conglomérats de Dubaï avec des intérêts dans les secteurs de l’hôtellerie, de l’automobile, de l’immobilier, de l’éducation et de l’édition.

M. Al Habtoor finance également des activités caritatives et sociales par le biais de sa Fondation Khalaf Ahmed Al Habtoor, lancée en 2013.

Khalaf Ahmad Al Habtoor twitter.

Il s’agit de la dernière des restrictions croissantes aux droits des femmes depuis que les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan, après le retrait international dirigé par les États-Unis en 2021.

Le mois dernier, des experts de l’ONU ont déclaré que le traitement des femmes et des filles par les talibans en Afghanistan pourrait constituer des crimes contre l’humanité et devrait faire l’objet d’enquêtes et de poursuites en vertu du droit international.

Ils ont déclaré que les actions des talibans contre les femmes ont aggravé les atteintes aux droits existants – déjà les «plus draconiennes au monde» – et pourraient constituer une persécution fondée sur le sexe.

Les étudiantes qui n’avaient pas le droit d’entrer dans les universités avaient exprimé leur choc et leur désespoir, et des protestations ont eu lieu contre cette décision. Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient de nombreux étudiants en panne et demandant à la communauté internationale d’intervenir.

L’ONU a déclaré que la décision violait le droit à une éducation égale et approfondissait l’effacement des femmes de la société afghane.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré qu’aucun autre pays au monde n’empêchait les femmes et les filles de recevoir une éducation.

Les talibans ne peuvent pas s’attendre à être un membre légitime de la communauté internationale tant qu’ils ne respectent pas les droits de tous en Afghanistan“, a-t-il déclaré. “Cette décision aura des conséquences pour les talibans.”

Les Émirats arabes unis ont appelé à ce que l’interdiction soit “rapidement annulée“.

Les Émirats arabes unis réaffirment que cette décision, ainsi que les interdictions antérieures imposées aux filles d’accéder à l’enseignement secondaire, violent les droits fondamentaux de l’homme, contreviennent aux enseignements de l’islam et doivent être rapidement annulées“, a déclaré le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. .

En haut