Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Tchad victime d'inondations

Actualité

Le Tchad : N’Djamena touchée par des inondations

Le Tchad, victime des inondations.”465 000 hectares de champs et 19 000 têtes de bétail ont été engloutis”, a déclaré Deby.

636 localités du pays sont touchées par la catastrophe naturelle

Des inondations au Tchad, N’Djamena touchés par des inondations.

Source : Tchadinfos.com

Le président tchadien Mahamat Idriss Deby a déclaré l’état d’urgence suite aux inondations qui affectent plus d’un million de personnes dans le pays.

Les inondations ne sont pas rares pendant la saison des pluies du Tchad , qui s’étend généralement de mai à octobre dans ses régions du sud. Mais cette année, les pluies sont arrivées tôt et ont été les plus fortes depuis des décennies.

“A partir de maintenant, un état d’urgence sera institué pour mieux contenir et gérer cette catastrophe naturelle”, a déclaré Deby dans un discours télévisé à la nation mercredi.

Les inondations ont touché 636 localités dans 18 des 23 provinces du pays, a-t-il ajouté. Les plus touchées sont les provinces méridionales du Mayo Kebbi Est, du Logone Occidental, du Tandjile, du Moyen-Chari et du Mandoul.

Les eaux de crue ont « englouti plus de 465 000 hectares [1,15 million d’acres] de champs et 19 000 têtes de bétail », a déclaré Deby.

N’Djamena, la capitale, n’a pas non plus été épargnée – des centaines de personnes y ont fui en raison des inondations de ces derniers jours.

Le gouvernement a mis en place un plan d’intervention pour fournir des abris, de la nourriture et des installations sanitaires, a déclaré Deby.

Le Tchad a deux fleuves principaux, le Chari et le Logone, qui traversent ses provinces du sud et se jettent dans le lac Tchad, à la frontière avec le Niger, le Nigeria et le Cameroun.

Cette année, le lac a été alimenté très tôt par d’autres affluents et son niveau d’eau est devenu plus élevé que celui des deux rivières, les obligeant à se déverser dans les villes et villages environnants, a déclaré Hamid Abakar Souleymane, hydrologue à l’Agence météorologique nationale du Tchad.

“Vous aurez remarqué que tous les pays qui partagent le lac Tchad sont également inondés et le phénomène se poursuivra jusqu’à la fin de l’année”, a-t-il déclaré.

Les Nations Unies affirment que 5,5 millions de Tchadiens ont besoin d’une “aide humanitaire d’urgence”, tandis que la Banque mondiale affirme que 42% des 16 millions d’habitants vivent dans la pauvreté.

“Nous devons fournir un abri, des produits de première nécessité et une protection sanitaire”, a déclaré Deby.

Continuer la lecture
Vous pourriez aussi aimer...
En haut