Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Les talibans ont repris le contrôle du pays et ont restreint les droits et les libertés des Afghans

Actualité

Afghanistan : Les talibans procèdent à la première exécution publique depuis la prise de pouvoir afghane

L’annonce a souligné les intentions des nouveaux dirigeants afghans de poursuivre les politiques dures mises en œuvre depuis qu’ils ont pris le contrôle du pays en août 2021 et de s’en tenir à leur interprétation de la loi islamique, ou charia

Ils ont repris le contrôle du pays et ont restreint les droits et les libertés des Afghans

Les talibans ont repris le contrôle du pays et ont  restreint les droits et les libertés des Afghans
yandex.com

Première exécution publique

ISLAMABAD: Les autorités talibanes ont exécuté mercredi un Afghan reconnu coupable du meurtre d’un autre homme, la première exécution publique depuis que les anciens insurgés ont pris le contrôle de l’Afghanistan l’année dernière, a déclaré un porte-parole.
L’annonce a souligné les intentions des nouveaux dirigeants afghans de poursuivre les politiques dures mises en œuvre depuis qu’ils ont pris le contrôle du pays en août 2021 et de s’en tenir à leur interprétation de la loi islamique, ou charia.
L’exécution, effectuée avec un fusil d’assaut par le père de la victime, a eu lieu dans la province occidentale de Farah devant des centaines de spectateurs et de nombreux hauts responsables talibans, selon Zabihullah Mujahid, le principal porte-parole du gouvernement taliban. Certains responsables sont venus de la capitale Kaboul.
La décision d’appliquer la punition a été « prise avec beaucoup de soin », a déclaré Mujahid, après l’approbation de trois des plus hautes cours du pays et du chef suprême des talibans, le mollah Haibatullah Akhundzada.
L’homme exécuté, identifié comme étant Tajmir de la province de Herat, a été reconnu coupable d’avoir tué un autre homme il y a cinq ans et d’avoir volé sa moto et son téléphone portableLa victime a été identifiée comme étant Mustafa de la province voisine de Farah. De nombreux hommes afghans n’utilisent qu’un seul nom.
Les forces de sécurité talibanes ont arrêté Tajmir après que la famille de la victime l’ait accusé du crime, a indiqué un communiqué de Mujahid, le porte-parole. La déclaration n’a pas précisé quand l’arrestation a eu lieu, mais a déclaré que Tajmir avait soi-disant avoué le meurtre. Mujahid a ajouté que Tajmir avait été abattu trois fois par le père de la victime mercredi avec un fusil d’assaut.
Au cours de la précédente domination talibane du pays à la fin des années 1990, le groupe a procédé à des exécutions publiques, des flagellations et la lapidation de personnes reconnues coupables de crimes devant les tribunaux talibans.
Après avoir envahi l’Afghanistan en 2021, dans les dernières semaines du retrait des forces américaines et de l’OTAN du pays après 20 ans de guerre, les talibans avaient initialement promis de respecter les droits des femmes et des minorités.
Au lieu de cela, ils ont restreint les droits et les libertés, notamment en interdisant l’éducation des filles au-delà de la sixième année. Ils ont également procédé à des coups de fouet publics dans différentes provinces, punissant plusieurs hommes et femmes accusés de vol, d’adultère ou de fugue.
Les anciens insurgés ont eu du mal à passer de la guerre au gouvernement dans un contexte de ralentissement économique et de refus de reconnaissance officielle par la communauté internationale.

Les responsables allemands, l’UE et l’ONU n’ont pas tardé à condamner les coups de fouet, en utilisant des mots tels que “consterné“, “inhumain” et “atteintes à la dignité humaine“.Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est dit préoccupé par l’exécution publique, réitérant la position de l’ONU selon laquelle “la peine de mort ne peut être conciliée avec le plein respect du droit à la vie“, a déclaré la porte-parole adjointe de l’ONU, Stéphanie Tremblay.
Dans des commentaires mercredi soir, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré que les États-Unis condamnaient l’exécution publique.
« Nous surveillons de près la façon dont les talibans traitent le peuple afghan », a-t-il déclaré. « Comme nous l’avons dit publiquement mais aussi dans nos engagements privés avec les talibans, leur relation avec nous, avec la communauté internationale dépend entièrement de leurs propres actions. Cela dépend en grande partie de leurs actions en matière de droits humains, de droits de tous les Afghans, de droits des femmes, des filles, des minorités et des autres communautés marginalisées en Afghanistan. »

le gouvernement taliban a riposté

Les États et les institutions ne doivent pas permettre aux fanatiques d’utiliser leurs plateformes pour faire des déclarations irresponsables et provocatrices sur notre religion sacrée de l’islam et ses lois“, a écrit le porte-parole des affaires étrangères Abdul Qahar Balkhi sur Twitter.

Capture d'écran de la réaction sur twitter du porte-parole du gouvernement taliban
Capture d’écran de la réaction sur twitter du porte-parole du gouvernement taliban.
En haut