Connectez-vous avec nous

Le journal du musulman

Les filles de la douzième année, qui ont été interdites d'école par les talibans, ont été invitées à passer les examens de fin d'études.

Actualité

Afghanistan : Des jeunes filles n’ayant pas fréquenté l’école pendant une année passent des examens

Les filles de la terminale n’ont eu qu’une journée pour passer des examens dans 14 matières, avec 10 questions dans chaque matière avec le retour des talibans

Les filles de la douzième année, qui ont été interdites d’école par les talibans, ont été invitées à passer les examens de fin d’études.

Des jeune filles n'ayant pas fréquenté l'école pendant une année passent des examens en Afghanistan
yandex.com

Un document, signé par Habibullah Agha, le ministre de l’Education qui a pris ses fonctions en septembre, a déclaré que les tests auraient lieu dans 31 des 34 provinces afghanes. Les trois provinces exclues – Kandahar, Helmand et Nimroz – ont des horaires différents pour l’année scolaire et les examens de fin d’études secondaires ont généralement lieu plus tard.

Je suis dans un très mauvais état en ce moment“, a déclaré Sajida, une élève de 12e année, en parlant de l’examen mercredi. “Nous n’avons pas étudié un seul livre pour cela.”

Nous sommes ici pour répondre à 140 questions sans rien savoir“, a-t-elle déclaré.

La plupart des écoles secondaires pour filles ont été fermées à travers le pays depuis le retour au pouvoir des talibans en août de l’année dernière, les extrémistes offrant une série d’excuses pour les fermetures.

Des groupes de femmes et des étudiants ont protesté, exigeant la levée de l’interdiction des lycées pour filles.

Les responsables ont déclaré qu’il n’y avait pas assez d’enseignants ou de fonds, qu’ils rouvriraient une fois qu’un programme islamique aurait été préparé, ou qu’une politique nationale sur la tenue vestimentaire modeste devait d’abord être formulée.

Nous obéissons à la règle du hijab et puisque nous leur obéissons [les talibans], ils devraient également réaliser nos souhaits“, a déclaré Zubaida, également élève de 12e année.

« Nous ne voulons pas grand-chose. Nous ne voulons étudier dans notre pays que parce que c’est notre droit. La moitié de la population est constituée de femmes. Nous avons le droit et ils devraient nous donner notre droit de prospérer », a déclaré Zubaida.

La directrice d’un lycée de Kaboul a déclaré avoir été informée que les filles de terminale n’avaient qu’une journée pour passer des examens dans 14 matières, avec 10 questions dans chaque matière.

Le directeur, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat par crainte de représailles, a déclaré que la plupart des étudiantes n’avaient pas de manuels scolaires.

« Donner un examen n’a aucun sens », a-t-elle déclaré.

Les filles qui ne pourraient pas être présentes ou celles qui échoueraient à l’examen de mercredi seraient autorisées à repasser le test à la mi-mars, après les vacances d’hiver.

Le ministère a annoncé la réouverture des écoles en mars de l’année dernière, mais elles ont été fermées quelques heures plus tard sur ordre du guide suprême Haibatullah Akhunzada.

Les femmes ont été de plus en plus évincées de la vie publique depuis le retour des talibans malgré leur promesse d’une version plus douce de la règle dure qui a caractérisé leur premier passage au pouvoir qui s’est terminé en 2001.

Les femmes ont été chassées des emplois gouvernementauxou sont payées une misère pour rester à la maison – et sont également interdites de voyager sans un parent masculin, et doivent se couvrir d’une burqa ou d’un hijab lorsqu’elles ne sont pas à la maison.

Le mois dernier, il leur a également été interdit d’aller dans les parcs, les fêtes foraines, les gymnases et les bains publics.

Les talibans ont jusqu’à présent autorisé les jeunes femmes à fréquenter l’université, avec des cours séparés par sexe.

On craint cependant que sans pouvoir réussir l’examen de fin d’études, très peu de femmes puissent postuler à l’université.

Les étudiants qui réussissent l’examen de fin d’études sont éligibles pour passer le “Kankor“, un test très compétitif qui décide des places universitaires convoitées.

En haut