La salât, une arme contre Alzheimer

prière santé

Une étude, menée conjointement en Israël Palestine occupée et aux États-Unis, prouve que la prière qu’Allah a légiféré aux musulmans diminuerai de 50 % le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer. L’étude démontre donc que la prière constitue un remède très efficace qui a pour effet  de diminuer  de moitié chez les femmes les risques d’attraper  la maladie d’Alzheimer. L’étude qui a débuté en 2003 auprès de 892 musulmans âgés de plus de 65 ans, a été dévoilée récemment.

« Dans l’échantillon choisi, 60 % des femmes priaient cinq fois par jour, comme le veut la religion musulmane, tandis que 40 % ne priaient que de façon irrégulière»  Dix ans après le début de l’étude, les spécialistes ont constaté que les femmes qui pratiquaient la prière régulièrement avaient 50 % de chances de moins de développer des problèmes de mémoire ou la maladie d’Alzheimer que les femmes qui étaient assidues à la prière.

L’attention, la concentration et la dévotion qui sont nécessaires pendant la prière seraient un facteur de protection ralentissant le développement de la maladie d’Alzheimer.

Alzheimer

Les résultats de ces recherches ont une importance capitale et sont prises au sérieux car il n’existe actuellement aucun traitement pour guérir, ni même arrêter l’évolution, de la maladie d’Alzheimer qui est une maladie du système nerveux causée par la perte ou l’incapacité de neurones incurables du tissu cérébral qui entraîne la principale cause de démence chez les personnes âgées, elle touche environ 26 millions de personnes dans le monde en 2005 et pourrait en toucher quatre fois plus en 2050perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire.

Des avantages déjà connus

Cette étude se distingue par les moyens et le temps investis pour arriver à ces conclusions mais elle n’est pas la première à démontrer que la salat est bénéfique pour la santé. Bien d’autres scientifiques ont prouvé que la prière a des effets positifs pour certaines maladies, surtout pour  les problèmes cardiaques et d’hypertension. Certains voient aussi un lien entre la prière et l’espérance de vie.

La prière : un acte d’adoration avant tout

La prière a donc des bénéfices qui sont à la fois spirituels et physiques. Mais pourtant le musulman doit se souvenir que la salat est avant tout un acte d’adoration qu’il effectue pour se rapprocher d’Allah. Il ne doit en aucun cas faire sa prière avec une autre intention. De même que le jeune du mois de Ramadan ne serait être pratiqué pour des raisons médicales mais bien pour atteindre la piété comme indiqué par ce verset { O les croyants ! On vous a prescrit le jeûne (as-siyam) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété} [Sourate 2 - Verset 183]

Les secrets de la prière

Je ne pouvais pas aborder ce sujet sans partager avec vous un passage tiré d’un livre d’Ibn Qayyim Al-Jawziyyah intitulé « les secrets de la prière ». Les ouvrages de ce savant sont connus pour renfermer un degré de spiritualité très élevé. Dans ces quelques lignes il y décrit ce que la personne en prière devrait éprouver :

 En entrant en prière, le cœur a ressenti l’esprit de la proximité divine, et goûté aux délices procurés par l’entretien qu’il a avec Allah. Lorsque la prière touche à sa fin, le cœur sent qu’il va retourner aux soucis d’ici-bas, il est donc affligé à l’idée de conclure la prière et de la quitter, en disant : « Si seulement cette prière pouvait se prolonger jusqu’au jour où je rencontrerai Allah.



Rejoignez la communauté sur Facebook et Twitter en cliquant sur ces boutons

7 Comments

  1. port saint louis

    31 juillet 2012 at 10 h 01 min

    Soubhanallah, Alhamdoulilah, wa Allahou Akbar!!!

  2. djamila ben

    7 septembre 2012 at 14 h 49 min

    C’est cela les pouvoirs de DIEU tout puissant al hamdou LILAH

  3. Noor

    6 octobre 2012 at 10 h 22 min

    Salam,

    Quelles sont vos sources ? Ne pensez-vous pas que c’est un peu léger comme explication scientifique ?

    Pourquoi une équipe de recherche américano-sioniste étudierait-elle le cas des musulmans et en ferait-elle la promotion ?

    Comment distingue-t’on une personne faisant régulièrement sa salat à l’heure d’une personne qui ne la fait pas ? sur une base déclarative ?

    Prudence ! Une nouvelle fois, nous allons passer pour des imbéciles si cette étude est simplement « vérifiée ».

    • Le JDM

      6 octobre 2012 at 10 h 43 min

      Wa’alaykoumousalam , si vous avez un doute tapez , prière, Alzheimer et musulmane sur google . en français et en arabe ^^
      Sinon je n’ai pas l’impression que les musulmans passent pour des « imbéciles »comme vous le prétendez. Je ne vois pas de quoi vous parlez.

      • Noor

        6 octobre 2012 at 11 h 21 min

        Salam,

        Si si, nous passons souvent pour des imbéciles quand nous sautons sur la première affirmation pseudo-scientifique pour défendre nos valeurs. Et souvent, nous ne reconnaissons qu’à demi-mot notre emballement.

        Pourquoi dites-vous « si vous en doutez » ? Nous ne savons pas manier le langage scientifique et nous interprétons selon ce qui nous arrange. Selon ce que j’en ai lu. Il n’y a à ce stade aucune preuve scientifique que la prière permette de lutter contre la maladie d’Alzheimer. Il y a pour l’instant, d’un point de vue scientifique, une étude statistique qui démontrerait que X% des femmes déclarant faire leurs prières à l’heure afficheraient un risque amoindri de X% d’être atteintes de la maladie d’Alzheimer.

        Le mécanisme qui semble entrer en jeu est celui du « sport cérébral » lié à la prière, que d’autres religions pratiquent autant que nous, mais certainement pas au sens que théologique que nous donnons à la prière. Donc titrer « La Salat » arme contre Alzheimer est un raccourci.

        Pour info, je rappelle que depuis plusieurs décennies, le même type d’étude démontrerait que dans les hopitaux, les patients qui prient guérissent plus vite que les autres. Le mécanisme en jeu ici étant le phénomène de « suggestion », dont les effets sont prouvés. Là encore, qu’importe la prière pratiquée et la religion, ça marche !

        Nous passerons donc bien pour des imbéciles si nous affirmons haut et fort que la salat est un remède, sous-entendant que Dieu nous aurait favorisés.

        La remarque prudente d’Oumma.com, en fin de son article à ce sujet est très intéressant : « Si jamais le pouvoir thérapeutique des cinq prières par jour était mondialement reconnu, on n’ose imaginer l’électrochoc que cela produirait dans l’intelligentsia islamophobe et laïcarde de nos contrées. De quoi en perdre son latin et la raison ! »

  4. Noor

    6 octobre 2012 at 11 h 01 min

    Salam,

    Voici quelques éléments sur cette étude :

    Le Pr Rivka Inzelberg, de la faculté de médecine de Tel-Aviv, qui a supervisé l’enquête, a précisé au quotidien israélien Haaretz «que, dans l’échantillon choisi, 60 % des femmes priaient cinq fois par jour, comme le veut la coutume musulmane, tandis que 40 % ne priaient que de façon irrégulière». «Nous avons constaté, dix ans après le début de l’étude, que les femmes pratiquantes du premier groupe (celles qui priaient cinq fois par jour) avaient 50 % de chances de moins de développer des problèmes de mémoire ou la maladie d’Alzheimer que les femmes du deuxième groupe», a ajouté la spécialiste. La prière, selon l’étude, a également une influence deux fois plus importante que l’éducation pour protéger les femmes contre cette dégénérescence cérébrale. «La prière est une coutume qui nécessite un investissement de la pensée, c’est sans doute l’activité intellectuelle liée à la prière qui pourrait constituer un facteur de protection ralentissant le développement de la maladie d’Alzheimer», a ajouté le Pr Rivka Inzelberg. Les tests n’ont pas été effectués parmi les hommes de ce groupe dans la mesure où le pourcentage de ceux qui ne priaient pas n’était que de 10 %, un taux insuffisant d’un point de vue statistique pour aboutir à des conclusions fiables. L’enquête a également permis de confirmer que la probabilité de souffrir de la maladie d’Alzheimer est deux fois plus importante chez les femmes que chez les hommes.

    • Professeur J.Vander-dan-duch

      29 octobre 2012 at 5 h 08 min

      Je ne parle pas bien français est ce que quelqu’un peut m’expliquer cette phrase qui me semble à priori contradictoire et citée dans l’article initial. Je souhaite entré autre préciser que c’est l’utilisation du mot « assidu » ici qui me semble inappropriée. Je vous remercie d’avance

      « …les spécialistes ont constaté que les femmes qui pratiquaient la prière régulièrement avaient 50 % de chances de moins de développer des problèmes de mémoire ou la maladie d’Alzheimer que les femmes qui étaient assidues à la prière… »

      De plus, le mot « spécialiste » est ici choisi pour nous impressionner ou pour caractériser un groupe de personnes dont le savoir se limite aux effets de la prière sur Alzheimer. Un spécialiste ne sait pas grand chose sur la vie par définition. Un spécialiste est spécialisé dans un domaine particulier et n’a pas la possibilité de faire autre chose, à t’on vraiment besoin de spécialistes pour ce genre d’études? Simple statistiques, qu’un élève de collège pourrait faire sous forme d’exposé… Bref, je suis assez perturbé et j’ai du mal à comprendre le fond du message de cet article. Et je dois aller travailler. Je vais en discuter avec quelques collègues de travail pour voir ce qu’ils en pensent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

pub-sadaqa